Vente publique de livres anciens et modernes, dessins et gravures-

Recherche:  Voir les artistes Affichage en liste Affichage par photos

Lot 0040

[PECQUET (Antoine)].

Mémoires secrets pour servir à l'histoire de Perse. A Berlin, Aux dépens de la Compagnie, 1759, petit in-12, XXIV-352 p., plein veau marbré de l'époque, dos à 4 nerfs orné de caissons dorés, roulette dorée sur les nerfs, pièce de titre en basane rouge, double filet doré d'encadrement sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches rouges (coiffes frottées, coins usés, petit manque de peau au bas du 1er plat et plus important au 2e plat, trace d'ex-libris arraché au contreplat). 4e édition de ce petit livre fort piquant. Ce texte qui est une satire des intrigues politiques et galantes de la cour de Louis XIV, fut le plus souvent attribué à Antoine Pecquet, premier commis au bureau des Affaires étrangères, qui fut embastillé pour cet ouvrage. L'inspecteur de la librairie Hémery, l'attribua à Mme de Vieux-Maisons, "une des femmes les plus méchantes de son temps". D'après Gay, "il est peu d'ouvrages anonymes qui aient été donnés à un si grand nombre d'auteurs, Pecquet, Resseguier (mais il était aussi à la Bastille pour d'autres vers à l'encontre de la marquise de Pompadour), La Beaumelle, Voltaire lui-même". Une "Liste ou clef des noms propres de ces mémoires" suit l'Avertissement au lecteur "car tous les noms de villes et de personnes ont été persifiés" (Gay). Ces mémoires sont le premier ouvrage où l'on parle du Masque de fer. Pour avoir donné un soufflet au dauphin, "Giafer" (le duc de Vermandois), le fils naturel de "Cha-Abas" (Louis XIV) et d'une "Indienne" (Mlle de La Vallière), fut incarcéré et on prit "la précaution de lui faire mettre un masque" (Barbier, III, 244 ; Quérard, VII, 8 ; Gay, III, 185-86 ; G. Mongrédien, Le Masque de fer, 32 et 236).

Estimation : 100/150€
Adjugé: Invendu