Lot n°0014

Érotique.- [CHORIER (Nicolas)]. Joannis Meursii Elegantiae latini sermonis seu Aloisia Sigae Toletana de arcanis amoris et veneris. Adjunctis fragmentis quibusdam eroticis. Nova editio emendatior. Londini [à Londres], sans lieu [Paris, Cazin], 1781, in-18, 2 vol. reliés en un, frontispice, titre-frontispice, titre, [2]-330 (les 30 premières pages chiffrées en chiffres romains) et frontispice, titre-frontispice, titre, [2]-233-1 blanche p., pleine basane brune de l'époque, dos lisse orné, pièce de titre maroquinée noir (reliure lég. frottée, papier lég. bruni). Les deux titres-frontispices portent l'adresse "Lugd. Batavorum [Leyde], Ex Typis Elzevirianis" et la date "1774", il s'agit des titres et frontispices de l'édition attribuée à Babou de Paris. Cette caractéristique n'est pas propre à cet exemplaire mais se retrouve dans d'autres. Les frontispices sont différents, tous les deux représentent une femme nue donnant une pomme à un moine. Le premier est signé Chevaux. Ce célèbre poème érotique dû à Nicolas Chorier (1612-1692), avocat et historien, circula au début du siècle dans les milieux libertins et connut plusieurs éditions en latin sous des titres différents. L'oeuvre originale avait prétendument été écrite en espagnol par Aloysia ou Luisa Sigea, poétesse érudite et fille d'honneur à la cour de Lisbonne, puis traduit ensuite en latin par un certain Jean ou Joannes Meursius, humaniste hollandais. Il se dégage de cet ouvrage, dont l'élégance du style impressionna Guillaume Apollinaire, une "philosophie sexuelle très clairvoyante et très pratique, émaillée de maximes d'une morale sage". André Berry, son biographe et préfacier, considère que Nicolas Chorier est supérieur à l'Arétin. Il explique que cet ouvrage contient "les pages voluptueuses les plus élégantes qui aient jamais été écrites, à côté des pages les plus plaisantes qui aient jamais fait voir en peinture la luxure comique".
Estimation: 100/150€