Lot n°0005

Curieuse réunion de deux oeuvres.- [BIÈVRE (F.G. Maréchal, marquis de). Amusette des grasses et des maigres, contenant douze douzaines de calembourgs avec les fariboles de Mr. Plaisantin, les subtilités de la comtesse Tation et les remarques de l'abbé Vue rédigée par une société de cailletes. Au Cap de Bonne-Espérance, et se trouve à Paris, chez la libraire qui donne trois livres pour quarante cinq sols. [Paris, Mme Lesclapart], (ca 1790), in-12, titre gravé, 122 p., 1 f. de catalogue Lesclapart (le frontispice manque). Relié avec : La Constitution française, présentée au Roi par l'Assemblée Nationale, le 3 septembre 1791, et acceptée le 14 du même mois. Paris, Paquet et Bossange, sans date (1791 ?), in-12, 112 p. + 4 p. (prospectus). Les deux oeuvres reliées en un volume en plein veau brun du début du 19e s., plats entourés d'un décor à froid, dos lisse orné (reliure frottée, mors arrière fendu en son début). Réunion improbable de deux textes. Le premier, certainement la dernière production du Marquis de Bièvre, très rare, est paru sans date chez la Vve Lesclapart entre 1790 et 1792, le Marquis étant mort à 42 ans de la petite vérole, lors de son exil en Bavière en octobre 1789. Ce mousquetaire protégé de Louis XV, se tailla une réputation d'homme de lettres frivole, et fut longtemps la coqueluche des salons avant la Révolution. Ses calembours lui valent d'être fait Marquis par Louis XV. La seconde oeuvre présente le texte complet de la Constitution divisée en sept titres, précédée de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789, et suivi de la lettre du roi du 13 septembre et son serment prononcé le lendemain. Cette édition contient des tables comme c'est le cas dans la plupart des éditions publiées après le serment du Roi. Nous n'avons repéré qu'un exemplaire de cet édit. conservé à Marseille. Fruit du travail de l'Assemblée Nationale Constituante qui compte parmi ses membres Mirabeau, Sieyès et Condorcet, la Constitution de 1791 ouvre une nouvelle ère politique. Manifestation suprême du pouvoir politique, elle est l'acte constitutionnel qui transfère la souveraineté du roi à la Nation, fondement de la monarchie constitutionnelle. Elle est précédée des 17 articles de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui constitue « l'acte de décès de l'Ancien Régime » (Aulard).
Estimation: 100/150€