Lot n°0001

Les trente premières années.- « Almanach des Muses ». Paris, Delalain, de la 1re année 1765 (la 1re année en 2de édit. : 1769) à la 30e année, 1794, soit 30 années reliées en 15 vol. in-12, front., 6-164 p., 1 p. de musique, et front., VIII-164 p., 2 p. de musique ; front., XX-160 p., 4 p. de musique, et front. XIX-[3]-166 p. (interversion dans le 1er cahier), 4 p. de musique ; front., VII-[14]-1 blanche-184 p., et front., VII-[13]-203-1 blanche p., 3 pages de musique ; front., VIII (en réalité IV)-204 p., 4 p. de musique, et , front., VIII (en réalité III)-1 blanche-204 p., 1 p. de musique ; front., [4]-224 p., 3 p. de musique, et front., [4]-233-1 blanche p., 4 p. de musique ; front., [4]-324 p., et [3]-1 blanche-262 p. (interversion dans le cahier M) ; front., 298 p., 4 p. de musique, et front., [4]-321-1 blanche p., 4 p. de musique ; front., [2]-IV-[1]-1 blanche-304 p., 6 p. de musique, et front., [4]-297-1 blanche p. ; front., [4]-319-1 blanche p., dont 3 de musique, et front., [4]-328 p., dont 8 de musique ; front., [4]-332 p., dont 10 de musique, et front., [4]-303-1 blanche p. ; front., [4]-332 p., et front., [4]-304 p., dont 5 de musique ; front., [4]-324 p., et front., [4]-312 p. ; front., [4]-320 p., et front., [4]-330 p. ; titre encadré, 260 p., et front., 276 p. ; front., [2]-262 p., et front., 240 p., impression sur vergé et, à partir de 1778, souvent sur vergé azuré (il ne semble s'agir d'un des 50 ex. sur Hollande mentionnés ?), plein veau brun marbré de l'époque, plats encadrés d'un triple filet doré, dos richement décorés, filet doré sur les coupes, pièces de titre et de millésime maroquinés brun pour les 5 premiers vol., vert pour les autres, tranches marbrées (qq. usures, qq. coiffes frottées, petit travail de vers dans la marge blanche infér. des derniers feuillets du vol. des années 1791-1792). Bel ensemble. Importante tête de collection de cette revue poétique fondée par Sautreau de Marsy. Vu le succès rencontré dès la première année, l'« Almanach des Muses » de 1765 connut une seconde édition en 1769. L'objectif de l'« Almanach des Muses » était de faire mieux que ce qui paraissait alors en proposant au lectorat un choix critique de poésies récentes, avec des notes critiques et des informations sur l'actualité poétique. Paraissant chaque année, depuis la date de sa fondation jusqu'en 1833, cet almanach publia nombre d'écrivains peu connus tels que Parny, Bertin, Régnault de Beaucaron, Roucher, Légier, Colardeau ou Berquin, Legouvé, Bonnard, Arnault, plus connus comme Boufflers, Delille, Dorat, de Fontanes, La Harpe, ou très connus comme Chamfort, Beaumarchais ou Baculard d?Arnaud, et surtout Voltaire qui y publia plus de deux cents textes entre 1765 et 1819. À la Révolution, la « Marseillaise » y paraît en 1793 ainsi que des vers de Sade à Marat en 1794. À remarquer aussi dans le vol. de l'année 1790, aux pp. 205-206, le 1er texte publié d'Alphonse de Chateaubriand, « L'Amour de la campagne », signé : « Par M. le Chevalier DE C*** ». Publier dans l'« Almanach des Muses », comme le firent régulièrement Millevoye et Marceline Desbordes-Valmore, était un gage de reconnaissance. L'« Almanach des Muses » fut à la fois très critiqué et très imité.Mercier, Rivarol ou Champcenetz ne se gênèrent pas pour l'attaquer, voire s'en moquer, par exemple en le surnommant l'« Almanach des Buses ». Ceci, allié à son caractère éclectique, fut la cause de sa fin, lors la naissance de la revue littéraire moderne. Le contenu des éditions comprenait des épîtres et des pièces fugitives, des romances (souvent avec la musique notée), des notices sur les ouvrages de poésie et sur les pièces de théâtre parus l'année précédente. On rencontre rarement une telle collection. Ens. 15 vol.
Estimation: 350/400€