Lot n°0040

- "C'est le livre le plus utile qu'on ait jamais écrit sur ces matières" (Voltaire).- DUBOS [(Jean-Baptiste)]. Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture. Paris, Pissot, 1755, 3 vol. petit 4°, frontispice, [12]-476, [8]-540 et [8]-378-[2] p., vignettes de Eisen, texte encadré, plein veau brun marbré de l'époque, plats encadrés d'un triple filet doré, dos à nerfs décorés, pièces de titre et de tomaison (coiffe supér. du 1er vol. en partie arasées, usures aux coupes et aux coins, papier parfois lég. bruni, rares mouillures marginales claires à qqs pages). Bel exemplaire très bien imprimé de cet ouvrage de théorie de l'art, de théorie de la littérature et de théorie de la musique de Jean-Baptiste Dubos (1670-1742) édité pour la 1re fois en 1719 et souvent réédité. Il aborde des questions qui étaient peu étudiées de son temps : la nature de la jouissance esthétique, la différente condition des différents arts et leur puissance respective, la part que peuvent avoir les causes physiques dans le développement du génie, dans le caractère des oeuvres et dans l'éclat littéraire de certaines époques, l'art de juger en matière esthétique et la compétence de la critique. Il blâme dans la peinture, la représentation énigmatique de la pensée sous forme d'allégorie et attribue à la poésie seule le privilège du sublime. D'un autre côté, établissant un parallèle avec l'italien, Dubos en conclut que le français n'est pas plus propre à être mis en poésie qu'en musique. Sans être profonde, la philosophie de l'abbé Dubos n'est pas sans originalité. Voltaire en a écrit dans son « Siècle de Louis XIV » : « Tous les artistes le lisent avec fruit. C'est le livre le plus utile qu'on ait jamais écrit sur ces matières chez aucune des nations de l'Europe. Ce qui fait la bonté de cet ouvrage, c'est qu'il n'y a que peu d'erreurs et beaucoup de réflexions vraies, nouvelles et profondes. Ce n'est pas un livre méthodique ; mais l'auteur pense, et fait penser. Il ne savait pourtant pas la musique ; Il n'avait jamais pu faire de vers, et n'avait pas un tableau ; mais il avait beaucoup lu, vu, entendu et réfléchi. ».
Estimation: 75/100€
Adjugé: 320€