Notice: Undefined variable: photo in /home/dynaweb/ferraton.be/www/modules/DynawebAuction/action.lotarchivedetail.php on line 83

Lot n°0769

BOYVEAU LAFFECTEUR (C.). - Copie de Lettres commencé le 1er Pluviose l'an 2eme de la République françoise et fini le 19 thermidor 4e année de la R. F. Manuscrit in-folio de 269 pp. numérotées (index alphabétique du nom des patients in-fine), plein vélin vert de l'époque, manques en tête et pied de dos, cordonnets en tissus, titre manuscrit sur le 1er plat, carte de visite imprimée de Laffecteur jointe. Document exceptionnel sur le traitement de la syphilis au 18e siècle. Le docteur Boyveau-Laffecteur (né à Paris vers 1750, mort en 1812) est en effet l'inventeur d'un sirop appelé "Rob-Anti-Syphilitique". L'autorisation de vendre ce produit, supposé sans mercure, fut donné par Louis XVI en 1778. Le succès en fut énorme et fut vendu en très grande quantité, notamment aux Etats-Unis" jusqu'à la fin du 19e siècle. "Le rob de Laffecteur est un médicament secret qui a, par de nombreuses annonces des empiriques qui l'exploitaient, monopolisé en quelque sorte le nom de rob ; au point que, pour le public, le mot rob désigne exclusivement ce remède secret. Il était préconisé pour combattre les affections syphilitiques... Dans tous les cas, le rob de Laffecteur n'est autre chose qu'un sirop de salsepareille composé légèrement modifié... Beaucoup de médecins pensent que ce médicament n'a dû son succès qu'à une petite quantité de sel de mercure qu'on y ajoutait" (Larousse). Laffecteur est aussi l'auteur de "Recherches sur la méthode la plus propre à guérir les maladies vénériennes" (1789), d'un "Traité des maladies vénériennes anciennes et modernes", et d'une plaquette intitulée "Observations sur les effets du Rob Anti-Syphilitique" (Paris, 1785). Le manuscrit comprend la copie des lettres écrites par Laffecteur à ses patients disséminés dans toute la France (nom et adresse des patients y sont indiqués), et plusieurs en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse (principalement des militaires des armées républicaines, notamment de l'armée de Sambre-et-Meuse, plusieurs réponses sont adressées à des Officiers de santé). Le contenu des lettres est relatif à l'envoi du médicament (par diligence), du paiement, mais aussi ses conseils quant à la manière de soigner la syphillis, ou bien la défense de son remède quand il ne donnait pas entière satisfaction à ses clients. Voici une liste non exhaustive des villes où habitaient ses patients, qui montre le succès du Rob Anti-Syphilitique : Angers, Arras, Besançon, Brest, Cahors, Colmar, Dax, Dijon, Honfleur, Laon, Laval, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montdidier, Montluçon, Narbonne, Nice, Niort, Orléans, Pamiers, Pontarlier, Rouen, Saintes, Valenciennes, Vierzon... et à l'étranger : Anvers, Bruxelles, Bois-le-Duc, Genève, Neuchâtel...). Le docteur Payenville, spécialiste des maladies vénériennes à l'Hôpital de Rouen dans la première moitié du 20e siècle a écrit sur Laffecteur : "Il eut l'approbation d'un roi, d'une république et même d'un empereur, c'est dire le prestige qu'il a joui".
Estimation: 1000/1500€
Adjugé: 1050€