Livres, Peintures et Dessins

Vente :

le vendredi 25 juin 2021 à 13 h

Exposition :

du mercredi 16 juin 2021 au mercredi 23 juin 2021 de 10 h à 18 h
du mercredi 16 juin 2021 au dimanche 20 juin 2021 de 10 h à 18 h du mardi 22 juin 2021 au mercredi 23 juin 2021 de 10 h à 18 h

Recherche:  Affichage en liste Affichage par photos

Lot 0054

Collection complète de cette somptueuse publication.- TOCHE (Raoul). Les Premières illustrées. Notes et croquis. Saisons théâtrales 1882-1883, 1883-1884, 1884-1885,1885-1886, 1886-1887 et 1887-1888. P., Monnier, d.d., 7 vol. 4°, demi-chagrin brun à coins, filet de séparation doré sur les plats, dos à 5 nerfs, titre, millésime et tête dorés, couv. cons. (qqs traces de cire blanche sur les mors de couv., qqs nerfs frottés, 1 petit accroc sur 1 dos). Edition originale. Illustrations rehaussées de couleurs à l'aquarelle par Bac, Gerbault, Gorguet, Hamel, Mars, Steinlen, Vogel, Willette, et bien d'autres. Photographies tirées en héliogravure sur papier fort d'après des clichés de Nadar et Baccard. Rare collection complète. Bel exemplaire.

Estimation : 300/400€


Lot 0055

Les Turcs au Salon repoussant l'invasion des Cosaques. (2e édition, revue, augmentée et considérablement corrigée) dédié à toutes les nations civilisées. Brux., se vend chez les marchands de papier noirci, [1854], 8°, br., couv. illustrée (défr., coins lég. pliés). Caricatures attribuées à tort à Félicien Rops. Edition originale rare.

Estimation : 150/200€


Lot 0056

VAN RYSSELBERGHE.- VILLIERS DE l'ISLE-ADAM (Cte de).

Histoires souveraines [Ornementations de Théo Van Rysselberghe comprenant 60 en-têtes, lettrines, culs-de-lampe, et la couverture]. Brux., Edmond Deman, 1889, 4°, br., couv. verte rempl. Tirage courant après 50 Japon et 10 Hollande. Enrichi d'un envoi de l'éditeur.

Estimation : 50/75€


Lot 0057

Edition originale avec envoi dans une reliure de P.L. Martin.- VERLAINE (Paul). Les Poètes maudits. Tristan Corbière. Arthur Rimbaud. Stéphane Mallarmé. P., Léon Vanier, 1884, in-12, 56 p., plein maroquin noir, dos à 5 fins nerfs, auteur, titre, millésime et tranches dorés, double filet doré sur les coupes, contreplats en plein maroquin rouge encadrés d'un filet doré, gardes de soie noire, couv. et dos cons., étui bordé (reliure signée P.L. Martin). Edition originale tirée à 253 ex. num. Portraits des poètes maudits tirés sur Chine. Exemplaire enrichi d'un envoi : "à Mr Charles Buet / sympathiquement / P. Verlaine". Signature de Charles Buet sur la couverture. Charles Buet (Chambéry, 1846 - Paris, 1897), est un écrivain et journaliste français. Ce volume contient en première édition les pièces suivantes de Rimbaud : Voyelles, Oraison du Soir, Les Assis, Les Effarés, Les Chercheuses de poux, Bateau ivre. Avec "Les Poètes maudits" nous voici au début des relations de l'auteur avec celui qui devait devenir son éditeur. Léon Vanier, né à Paris, le 27 décembre 1847, ouvrit en 1869 une petite boutique après avoir été simple commis libraire. Il avait l'ambition d'être, pour les décadents et les symbolistes, ce que Lemerre avait été pour les Parnassiens (Carteret II, p. 422). Rare et superbe exemplaire.

Estimation : 750/1000€


Lot 0058

Ex. de tête dans une reliure de Charles De Semblanx.- VERLAINE (Paul). Liturgies intimes. P., Bibliothèque du Saint-Graal, mars 1892, in-12, 31 p., plein veau aubergine glacé, dos à 5 nerfs, fleurons à froid, auteur, titre, filets et tranches dorés, plats ornementés à froid et filets dorés, dentelle dorée sur les coupes, contreplats bordés et filetés, gardes moirées marron, couv. (défr.) cons. (dos uniformément passé, plats frottés, petit défaut de papier au dernier f. blanc) (reliure signée Ch. De Semblanx, 1921). Edition originale tirée à 375 ex. 1/50 de tête de luxe avec le portrait de Verlaine par Louis Hayet sur Japon. Rare.

Estimation : 200/250€


Lot 0059

VERLAINE (Paul).

Mes prisons. P., Léon Vanier, 1893, in-12, 81 p., bradel demi-basane fauve, dos lisse titré or (dos fatigué). Edit. orig.

Estimation : 50/75€


Lot 0060

VERLAINE (Paul).

Oeuvres oubliées recueillies par Maurice Monda. P., Baudinière, 1926, in-12, 237 p., demi-maroquin bleu minéral à coins, filets de séparation dorés sur les plats, dos richement orné à 2 nerfs perlés, tête dorée, couv. et dos cons. (mors et coupes frottés) (reliure signée Yseux, successeur de Thierry Simier). Tirage limité à 658 ex. num. 1/50 Hollande, 2e papier après 25 Japon.

Estimation : 50/75€


Lot 0061

Superbe exemplaire dans une reliure doublée de E. et A. Maylander.- VERLAINE (Paul). Sagesse. P., Société générale de Librairie catholique ; Victor Palmé ; Brux., Ancienne Maison Henri Goemaere, 1881, grand 8°, plein maroquin caviar, dos à 4 nerfs, auteur, titre et millésime dorés, tranches dorées, double filet doré sur les coupes, contreplats doublés de maroquin ivoire serti d'une guirlande mosaïquée soulignée par un double jeu de filets dorés, double garde de soie olive, couv. et dos cons., étui bordé (dos très lég. passé) (reliure signée E. et A. Maylander). Edition originale dont certaines poésies ont été composées par Verlaine durant sa détention à Mons. Tirage probable à 500 ex. sur vélin satiné. Pas de grand papier. "La conversion en prison dictera à Verlaine les admirables poèmes mystiques de Sagesse, qui inaugure une poésie religieuse dans des formes plus traditionnelles, laissant place, parallèlement, à des volumes profanes, satiriques ou sensuels, voire gaillards, où le vers parfois cousine avec le mirliton et n'est que trop rarement la chose envolée". Superbe exemplaire.

Estimation : 750/1000€


Lot 0062

« Quel dommage ! ».- ENSOR, James (1860-1949), lettre autographe signée, 1 page 4°, datée du 11 décembre 1924, adressée à George CRETEN (1887-1966). Le grand art de s?excuser. « Vous me demandez un discours à l?occasion de la pose d?une plaque commémorative sur la maison du Grand Breughel. Hélas ! cher ami, un rhume d?envergure me retient à la mer et je dois renoncer à tout déplacement fête banquet discours etc. etc. Quel dommage ! » Mais dans la seconde partie de sa lettre il constate qu?il n?a pas reçu la circulaire de nomination de membre d?honneur du Comité qu?il conservera précieusement.

Estimation : 300/400€


Lot 0063

« Vivent les jeunes ! ».- ENSOR, James (1860-1949), lettre autographe signée (deux fois), datée du 13 septembre 1920, 1 page in-8, adressée au peintre George CRETEN (1887-1966). Charmante lettre : « Mille excuses ! Je n?ai pu répondre de suite à votre lettre charmante je dois m?occuper un peu d?affaires en ce moment de saison aussi de propriétaires de locataires et puis je dois régler des affaires de famille veiller au coup de feu de la saison » Etc. Il termine après la signature : « Vivent les jeunes, encore les jeunes, toujours les jeunes ! » et resigne.

Estimation : 300/400€


Lot 0064

« Je vis ici dans un monde de chimères ».- ENSOR, James (1860-1949), lettre autographe signée, 1 page 4°, datée du 2 mars 1924, adressée à George CRETEN (1887-1966). Ensor répond à la demande de Creten d?assister à la fête de Breughel : « Hélas ! cher ami je suis bien occupé ici par Ballets, peintures, écriture, musique etc., etc. et mille rien me préoccupent et me fatiguent [...] mais j?irai tout de même prochainement à Bruxelles et vous m?expliquerez les projets des fêtes et j?aurai grand plaisir à vous voir. » Etc.

Estimation : 300/400€


Lot 0065

FOUJITA, Tsugouharu (1886-1968) et BARREY, Fernande (1893-1960).- Incident que nous appellerons « Les Foujita et le Wattman à Bruxelles » Lors d?un passage à Bruxelles - Foujita fréquentait les salons étrangers et la Belgique est le premier pays à avoir acheté officiellement une ?uvre à l?artiste japonais pour le Musée des Beaux-Arts en 1922. Donc l?incident survient lors d?un passage à Bruxelles de Foujita, accompagné de sa première femme Fernande Barrey. Cette dernière quitta vers 1908 sa Picardie natale pour Paris, où elle commença à gagner sa vie comme prostituée. Elle servit de modèle à plusieurs peintres, dont Modigliani, et Soutine, qui la persuadèrent d?étudier la peinture et l?histoire de l'art à l?école des Beaux-Arts. En mars 1917, elle rencontra au café La Rotonde du Montparnasse l?artiste japonais Tsugouharu Foujita, qui tomba éperdument amoureux d?elle et l?épousa treize jours plus tard. En 1918, le couple s?installa, pour échapper aux bombes allemandes, à Cagnes-sur-Mer où elle passa un an à peindre, rencontrant de nombreux amis. Au cours de cette période, elle se lia d?amitié avec Jeanne Hébuterne, la compagne de Modigliani. Durant l?année 1925, le couple mena une relation très ouverte, tous deux ayant des relations avec des personnes des deux sexes. Le peintre ne pardonna cependant pas à Fernande une histoire d?amour avec son cousin, le peintre Koyanagi. Il s?enferma alors avec l?artiste belge Lucie Badoul (dite Youki) pendant trois jours durant lesquels Fernande rechercha désespérément son mari jusque dans les morgues parisiennes. En 1928, le couple divorça et elle vécut avec Koyanagi à Montmartre. Lorsqu?elle s?en sépara en 1935, sa relation avec Foujita s?améliora ; il l?aida financièrement jusqu?à sa mort. En compagnie de George Creten, « notre ami », ils sont violemment pris à partie par le conducteur du tram qu?ils viennent de prendre. À leur retour à l?hôtel où ils sont descendus, ils rédigent un rapport destiné « à Monsieur le Commissaire de Police de Bruxelles (3 ½ pages in-4 à en-tête de l?Hôtel Métropole à Bruxelles, enveloppe conservée). Le rapport proprement dit est rédigé de la main de la femme de Foujita, Fernande Barney, et se termine par « Fernande Foujita artiste peintre 5 Rue Delambre Paris », suivi d?une écriture très soignée qui vraisemblablement est celle de Foujita : « Tsugouharu Foujita / artiste peintre 5 Rue Delambre Paris / fils du Médecin inspecteur genéral / de l?état-Major impérial du Japon ». Manifestement ils ne déposèrent pas ce « rapport » au commissariat de police. On joint une carte postale de Rotterdam « Aelbrechtskolk Delshaven » avec à côté de l?adresse des Creten les mots « le Bonjour à toute la famille - les Foujita », le tout écrit de la main de Fernande Barney : sauf erreur, le cachet de la poste est daté du 24 janvier 1921. Cette carte postale conservée avec la « lettre » pourrait avoir été envoyée après l?incident.

Estimation : 250/300€


Lot 0066

GAUCHEZ, Maurice (1884-1957), né Maurice Gilles, est un écrivain belge, poète et romancier. Lettre autographe signée non datée (mais avant le 13 juin 1913, date du décès de Lemonnier), 2 pages in-12, adressée à George CRETEN (trous pour classement, annotations). Comment vendre à Camille Lemonnier ? « Ensuite, je rentre de chez Camille Lemonnier. Il n?a dit ni oui ni non. Il m?a promis ceci. Vendredi à quatre heures (le 19 à 4 heures) il passera chez toi avec moi voir ce que tu fiches de bon. Si ce que tu fais lui plaît, il me le dira. Mais, si tu veux faire un portrait, il faudra l?exposer et ne pas faire poser le Maître trop longtemps. Vendredi et chaque fois que tu le verras l?appeler MAÎTRE et pas Monsieur. Il y tient énormément. Il faut aussi l?admirer lui et ses ?uvres : ne l?oublie pas. » Sans commentaire.

Estimation : 40/80€


Lot 0067

SCHIRREN Ferdinand, né à Anvers en 1872 et mort à Bruxelles en 1944, est un artiste peintre fauve et sculpteur belge. Trois lettres envoyées depuis Nogent-sur-Marne à George CRETEN, respectivement le 14, le 16 et le 19 février 1921. Dans un crescendo, Schirren parle de ses problèmes d?argent. Il a besoin de 500 frs, puis de 1000 frs. Il ne veut pas demander à Giroux une avance, mais la lui demande. Il n?ose pas solliciter Van Heck [?], mais lui demande d?adhérer à l?exposition aux Indes. « Je pensais lui parler de mes ennuis mais je n?ai pas osé ! Ah la vie !! C?est dure la lutte et depuis le temps que ça dure ! Parles lui veux-tu ?! J?ai besoin de mille francs pour m?en tirer. » Longue plainte et longue quête. La troisième lettre se termine pas un dessin d?une demi-page in-4 représentant « Nandinet », le fils de Schirren qui a un peu plus d?un an, le futur compositeur, musicien et pédagogue belge Fernand Schirren (1920-2001)./ Ens. 3 lettres.

Estimation : 50/100€


Lot 0068

SMITS, Jacob ou Jakob (1855-1928), né Hollandais, il obtient la nationalité belge en 1902. Jacob Smits est un peintre solitaire, en marge de tout mouvement. Il crée une sorte de symbolisme pré-expressionniste où la lumière prend une importance démesurée et à laquelle il attache une signification presque mystique. 4 lettres, 2 cartes-lettres et 1 carte postale autographes signées adressées à George CRETEN (1887-1966) : 1. 29.10.1919, longue lettre de 3 pages in-12. Smits raconte son retour : « le retour a été particulièrement pénible, heureusement ? j?ai trouvé à Bruxelles un chef de gare de Moll, qui nous a réservé un compartiment quasi pour nous seuls - (un colonel qui se rendait à Berverloo partageait notre compartiment). On voit que les petits se souviennent de quelques services rendus pendant la guerre. » Plus loin il parle du tableau qu?il a vendu au Sénat et qu?il veut retravailler et il parle aussi d?une aquarelle de son interlocuteur. Enveloppe conservée.- 2. 28.11.1919 (cachet de la poste ?), longue lettre de 2 pages in-4 : « Je travaille comme un jeune du matin au soir. Pour ici, le plus beau en hiver ce sont des ciels tourmentés et la neige, quand il fait gris et noir, cela [a] aussi son charme, mais quand même, je préfère la clarté, le soleil, la couleur. » Il parle aussi des élections (!) : « gare au marchandage - gare à l?union de libéraux et des calotins ! je crains ce compromis. Il est temps 1° de créer des écoles professionnelles 2° de ne jamais s?occuper de l?Art dans ces écoles professionnelles 3° abolir les académies d?art 4° abolir le prix de Rome 5° s?occuper des artistes qui ont prouvé quelque chose dans un demi-siècle on verra un petit résultat ». Etc. Enveloppe conservée.- 3. 03.12.1919, lettre d?une page in-4, où il est question du changement de cadre du tableau destiné au Sénat, « ces cadres en carton pierre ornementés stupidement, je ne les veux plus. [...] d?abord parce que c?est laid et puis parce que c?est coûteux ». Le tableau sera au Sénat le lundi. « Je l?ai complètement retravaillé, quoique la base de la composition est restée telle quelle » Etc.- 4. 17.12.1919, carte postale : « Ma femme et moi nous prenons part à votre chagrin à cause de l?accident dont votre charmante femme est victime, il faut surtout soigner cette blessure avec la plus grande circonspection et faire examiner le chien.- 5. 22.12.1919, carte-lettre. Il commence par prendre des nouvelles de sa femme et termine par les mots : « J?ai le spleen ». Entre les deux : « La Reine a désiré voir réuni un ensemble de mon travail, d?abord il y a eu question de venir ici, mais j?ai décliné la responsabilité d?un voyage en auto de 2 ½ par des routes mauvaises en hiver. S.M. a alors exprimé le désir de voir une exposition pour Elle seule dans une des salles du Musée Royal à Bruxelles. » Etc.- 6. 29.03.1920, 4 pages in-12. Longue lettre de plaintes et découragements suite au courrier reçu de Creten qui ne doit guère être réconforté : « que dois-je dire, que puis-je faire croyez-vous que je suis récompensé ? Croyez-vous que je ne dois pas lutter comme un homme de 30 ans - alors pour « excuser » on dit oh Jakob Smits il est solide, c?est un roc, il peut travailler plus qu?un autre, et voilà. Le public, ne comptez jamais sur le public, ne comptez que sur quelques amis qui n?ont pas le sou et qui feront l?impossible ; ne comptez jamais sur le dévouement des amateurs. Malade, découragé, à votre âge j?ai vendu tout ce que je possédais de plus ou moins potable, pour quelques francs et cela paraît bizarre - et contradictoire, mais mon avis est vendez, n?importe à quel prix - pris de la toile des couleurs des cadres, débarrassez-vous de tout - et commencez à travailler, dans une chambre vide de tout travail vendre vendre n?importe comment » Etc. Ces lignes n?ont dû guère remonter le moral de Creten ! Enveloppe conservée.- 7. 20.11.1920, carte-lettre. Parle d?une exposition qui aura lieu durant les jeux olympiques d?Anvers. [Les Jeux olympiques de 1920, officiellement nommés Jeux de la VIIe olympiade, sont la sixième édition des Jeux olympiques modernes. Ils ont lieu à Anvers du 23 avril au 12 septembre 1920.]./ Ens. 7 pièces.

Estimation : 150/200€


Lot 0069

SURVAGE, Léopold (1879-1968), de son vrai nom Léopold Frédéric Léopoldovitch STÜRZWAGE, est un peintre russe naturalisé français en 1927. Il se consacre à la peinture monumentale dans les années 1950-1960 : fresque sur le thème de la Paix au Palais des Congrès de Liège qui l'amène à rester dix-huit mois en Belgique en 1958, dessine des cartons Le Coq et le Cheval pour la Manufacture des Gobelins et illustre des ouvrages littéraires. Deux lettres et un carton adressés à George CRETEN (1887-1966) : 1. 18.09.1953 : lettre autographe signée, 1 page in-12. « Mon tableau « La Sirène » est prêt, j?espère qu?il est bien réussi. J?attends un mot de toi pour savoir que notre poget [sic, projet] de changement de galerie s?est réalisé et que le projet d?Ouverture avec le thème «La Sirène » est toujours en vue ? ». Il annonce ensuite que sa femme a glissé sur le parquet et s?est cassé le col du fémur. Annonce en PS qu?il est chevalier de la légion d?honneur. Enveloppe conservée.- 2. 22.01.1954 : lettre autographe signée, 1 ½ page in-12. Après avoir donné des nouvelles de sa femme : « J?ai été bien déçu de ce malentendu de l?exposition « La Sirène » qui pour moi se termine en queue de poisson et une facture aller et retour. [...] Enfin la Belgique ne me porte pas bonheure [sic]. Par contre j?aurai une très grande exposition à Rome »... Etc.- 3. 02.03.1954 : au verso du carton d?invitation pour la remise des insignes de chevalier de la légion d?honneur une douzaine de lignes autographes signées où il annonce l?expo de Rome (une quarantaine de tableaux) et qu?il est invité à la Biennale de Venise./ Ens. 2 lettres + enveloppes et un carton.

Estimation : 40/80€


Lot 0070

VERBOOM, René (1891-1955), poète belge. Deux lettres autographes signées, 1 page in-4 et 2 pages in-folio, adressées à George CRETEN, sans date. La première : « Creten Georges, cher aérolithe [...] J?espère que tu travailles avec cette calme frénésie qui t?es si particulière. En avant, mon ami : tes devoirs sont à ta mesure : elle est très grande. Pour les images supplémentaires de « Miroirs volants » [ouvrage de Verboom illustré par Creten] : je te propose : ° une flèche, une femme, un lion brabançon ° un poisson volant, un soleil, une hélice ° un avion, un nageur, une sphère. Mêle ces symboles à ta guise. Fais en des visages. Je sais qu?elles seront belles. ». La seconde lettre relate son futur déménagement. Le sanatorium déprimant sa femme, le médecin conseille la campagne. Il va s?installer dans une petite maison vide. Il est sans argent : « J?ai expédié quelques courriers à trois ou quatre personnages de marque - qui protègent la poésie (c?est si facile) mais qui se foutent des poètes. » Etc. Belles lettres.

Estimation : 30/60€


Lot 0071

BERNANOS, Georges (1888-1948) est un écrivain français. Dans ses ?uvres, Bernanos explore le combat spirituel du Bien et du Mal, en particulier à travers le personnage du prêtre catholique tendu vers le salut de l'âme de ses paroissiens perdus, ou encore par des personnages au destin tragique comme dans Nouvelle histoire de Mouchette. BERNANOS, Georges. Lettres. Cinq lettres, peut-être six, adressées à Frédéric LEFÈVRE (1889 -1949), romancier, essayiste et critique littéraire français. Il participe, avec Maurice Martin du Gard et Jacques Guenne, à la fondation des Nouvelles littéraires en octobre 1922. Il sera rédacteur en chef de cet hebdomadaire consacré à la littérature de 1922 à 1949. 1. Non datée (note au crayon : vers 1926), lettre autographe signée, 2 pages in-4°. Remercie Lefèvre pour l?envoi des « deux admirables petits volumes ». Il est en vacances à Lourdes où il travaille 10 h par jour et ne sort jamais. « Mon secret, si j?en ai un, c?est peut-être d'écrire chacun de mes livres comme s'il venait d'être le dernier. » Enveloppe conservée.- 2. 06.01.1927 (cachet de la poste), carte de deuil autographe signée. Annonce du décès de son père : « Je ne veux pas qu?un banal faire-part vous annonce la mort de mon père. » Enveloppe conservée.- 3. 20.10.1927 (cachet de la poste), lettre autographe signée, 2 pages et une ligne sur papier de deuil in-8 (manque au bas). Félicitation : « cet amphibie d?Herriot a eu cette fois la nageoire heureuse, et [?] il a bien placé son ruban rouge. Enveloppe conservée.- 4. 25.06.1932 (date de la poste), lettre autographe signée, 2 pages in-4. Il lit avec retard la lettre de Lefèvre, mais marque son accord pour un article dans Les Nouvelles Littéraires. « J?ai failli vous garder rancune de votre invraisemblable présentation de la dernière interview. Et puis je me suis dit que telle était peut-être l?image que vous vous faisiez naïvement de moi. D?ailleurs la vie est trop courte pour en vouloir jamais sérieusement à quelqu?un. La douce pitié de Dieu sur moi et sur vous ! La douce pitié de Dieu sur tous et sur toutes. » Enveloppe conservée.- 5. Vers 1833, année de création du Jour par Léon Bailly dont parle Bernanos dans la lettre, 2 pages in-4. Sans non de correspondant, mais semble Lefèvre. Avec deux lettres et un télégramme adressés à Edmond LIMBOURG (1910-1992). 1. Non datée, mais sans doute sept. 1946, lettre autographe signée, 3 pages in-4°. Il n?a pu rencontrer Limbourg en Suisse et est fort occupé : il a neuf personnes avec lui... Il a été aussi en Allemagne (zone française), invité par le général Koenig. Il veut retourner, car « Rien n?est plus urgent, pour l?avenir et la paix du monde - si le monde a encore un avenir - que de rassembler et de sauver les débris de la vieille chrétienté allemande. » Belle lettre.- 2. 27.09.1946 (date de la poste), lettre autographe signée, 2 pages in-4°. S?excuse du retard dont il n?est pas le seul responsable. Il accepte la date du 23 novembre et prévient Béguin. « Ce sera toujours un bon souvenir pour moi lorsque je casserai la glace dans un des camps de concentration du Canal de la Mer Blanche. » Enveloppe conservée.- 3. Télégramme non daté adressé à Edmond Limbourg (vraisemblablement peu avant le 28 novembre 1946) : « Entendu jeudi vingt huit novembre à Gand amitiés Bernanos ». On joint une lettre non datée, nom du destinataire ajouté au crayon : Robert Valery-Radot. Demande à son correspondant ce qui se passe chez Plon. On joint également 2 photos, une de Bernanos (22 x 17 cm) et l?autre sans doute de Edmond Limbourg (17 x 12,5 cm)./ Ens. 9 lettres, 1 télégramme, 2 photos.

Estimation : 300/400€


Lot 0072

BERNANOS, Georges. Manuscrits autographes. 1. Manuscrit autographe de 27 pages anopistographes avec un mot dactylographié et signé de Edmond Limbourg : « Manuscrit de la conférence faite par Georges Bernanos à la tribune des Grandes Conférences Catholiques le 23 novembre 1946 sous le titre « La France devant le Monde de demain. / Ce manuscrit m?a été offert par Madame Georges Bernanos, après la mort de son mari et il m?a été remis par Albert Béguin. » Nombreuses corrections.- 2. Manuscrit autographe de 6 pages petit in-4° présenté par une note autographe d?Albert Béguin. « Ébauches d?un article du R.P. Riquet sur l?union des Français. Reprises successives du même texte, écriture de premier travail, de mise au net provisoire puis définitive. / Ces feuillets sont joints à l?exemplaire n° XII du Cahier du Rhône consacré à Bernanos / avril 1949 Albert Béguin. »- 3. Manuscrit autographe signé, 5 pages anopistographes in-4°. Titre : « L?Esprit de vieillesse »./ Ens. 38 pages manuscrites.

Estimation : 150/200€


Lot 0073

GIDE, André (1869-1951), sept lettres, deux à un correspondant non identifié et 5 adressées à Richard HEYD, des Éditions Ides et Calendes à Neuchâtel.- 1. 28.03.1924 (date ajoutée au crayon), non du destinataire inconnu, lettre autographe signée, 1 page in-4. Longue lettre qui semble tourner autour de la prochaine des Décades de Pontigny. « Inscrivons donc P.V. [Paul Valéry] parmi les hôtes souhaitables, et souhaité. Vous pensez bien que personnellement j?aurais le plus grand plaisir à le rencontrer à Pontigny et à l?affronter un peu mieux que je ne peux faire à Paris. Pour les recommandations qu?il y aura lieu de lui faire, et l?appel à sa courtoisie, je ne puis par lettre ; force sera d?attendre mon retour » etc. Plus loin sur le libellé de la décade : « Comment n?approuverais-je pas votre « libellé » ? Il répond par avance aux objections, aux critiques et les prévient. » Etc.- 2. 30.03.1924, lettre adressée au destinataire de la précédente, 2 pages in-12. Le correspondant n?est pas Desjardins, car Gide demande en fin de lettre « d?en faire part à Desjardins ». Très intéressante lettre : « Permettez-moi un petit supplément à ma lettre d?avant-hier, car je constate qu?un mot de la circulaire proposée pour le prochain Pontigny et transmise par vous, me reste en travers de la cervelle, de sorte que j?en viens à la croire « indésirable ». Il me paraît que « L?intelligent XIXe s. » est trop manifestement une réponse, une riposte à Léon Daudet. Nous n?avons pas à lui répondre : ce serait trop l?avoir écouté »... Etc. Gide n?alla pas à la 1ère Décade « La Muse et la Grâce » (8-18 août) ni Valéry, mais bien à la 2e dont le titre est finalement « L?Acquis du XIXe siècle dans l?ordre de l?intelligence » (19 au 29).- 3. 07.10.1948, à Richard HEYD, lettre autographe signée (encre en partie bue par le papier, mais encore lisible), 2 pages in- 8. « Une lettre de Catherine me donne de vous, ce matin des nouvelles bien peu réjouissantes. N?allant que fort médiocrement moi-même et « n?en menant pas large », je gardais du moins l?espoir d?accaparer les rayons noirs de la mauvaise étoile »... Etc. Avec un billet où Gide demande l?envoi de deux livres. Face de l?enveloppe conservée.- 4. 01.12.1948, à Richard HEYD, lettre autographe signée, 1 page in-8. Remercie pour les livres envoyés. S?inquiète toujours sur la santé de son correspondant. « J?ai eu le plaisir de voir vos volumes de Théâtre en devanture à la librairie Gallimard, mais je n?ai pu avoir de renseignements au sujet des questions de ventes. »? Face de l?enveloppe conservée.- 5. 20.02.1949, à Richard HEYD, lettre autographe signée, 2 pages in-12. « Il m?est très désagréable d?avoir frustré vos espoirs pour ces Feuillets d?automne. À dire vrai je ne vois pas trop de quels extraits auraient pu se constituer un nouveau volume [?]. J?examine à présent si je ne pourrais vous confier le Journal lui-même (1948) [?] ». Gide confie avoir eu une « forte crise cardiaque ». Face de l?enveloppe conservée.- 6. 28.09.1949, à Richard HEYD, lettre autographe signée, 1 page in-12. « Non : aucune interprétation fâcheuse à mon silence qui ne soit fausse : simplement une grande lassitude (de c?ur et de volonté) »? Etc. Annonce un séjour à Nice du 1er au 15 oct. Accompagné de Mme. V. R. [le Petite Dame]. Face de l?enveloppe conservée.- 7. Non datée, dédicataire inconnu, mais vraisemblablement Richard HEYD, lettre autographe signée, 3 pages in-12. « En courant, entre deux valises - je pars demain - impossible hélas ! d?attendre ta venue à Paris. ? J?ai confié à un ami dactylographe de toute sûreté la correspondance de C.L.P. [Charles-Louis Philippe] avec indication au crayon devant les passages qui m?ont paru publiables »? Etc.

Estimation : 200/250€


Lot 0074

MAURIAC, François (1885-1970). Correspondance avec Edmond LIMBOURG (1910-1992), alors vice-président des Grandes Conférences Catholiques à Bruxelles. 1. 17.06.1947, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro, 1 page in-12. À propos d?une conférence avec Graham Greene. Il marque son accord mais après la création de sa nouvelle pièce. Enveloppe conservée.- 2. 23.06.1949, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro, 1 page in-12. Il ne peut prendre aucun engagement pour une conférence. Il doit ménager sa voix. Enveloppe conservée.- 3. 24.05.1951, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro (Rédaction), 1 page in-4°. Ne veut pas s?engager à si longue échéance. Son fils Claude a été très heureux de son passage à Bruxelles. Il annonce le mariage de celui-ci avec « la petite-nièce de Marcel Proust » et, ajoute-t-il à la main « de Rostand ! ». On joint le faire-part de mariage de Claude Mauriac avec Marie-Claude Mante avec l?enveloppe qui a servi à l?envoi.- 4. 18.06.1951, lettre autographe signée à en-tête de son adresse, 1 page in-12. Il préfère se désister, d?ailleurs il ne se sent pas préparé pour un débat. Enveloppe conservée.- 5. 07.01.1952, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro, 1 page in-12. Remercie pour les v?ux.- 6. 17.06.1954, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro, 1 page, in-12. Mauriac écrit à Limbourg descendu à Paris : il « évite de plus en plus de faire des conférences, sauf pour des cas très précis d?action politique ou religieuse. » C?est trop fatiguant. Enveloppe conservée.- 7. 16.02.1955, lettre dactylographiée signée à en-tête du Figaro, 1 page in-4°. « Je ne puis que vous redire les raisons que j?ai déjà données à votre président : je commence à n?être plus un jeune homme ! J?ai de très lourdes charges ici, une voix très fatiguée et je suis bien résolu à ne plus affronter d?autres grandes fatigues, et - permettez-moi de vous le dire - si peu rémunérées. / Ceci dit, je vous recevrai bien volontiers »? Enveloppe conservée.- 8. 23.04.1955, lettre dactylographiée signée à en-tête de L?Express, 1 page, in-8. Pour le 14 janvier (on s?y prend à temps !), il demande de préciser le sujet. Il promet aussi de parler à Mendès-France. Enveloppe conservée.- 9. 25.10.1955, lettre dactylographiée signée à l?en-tête de L?Express, 1 page in-8. Il lui envoie l?autographe demandé. Demande encore de préciser le sujet. « Il faut que ce que je dise s?accorde au discours du Cardinal Gerlier et du Révérend Père Carré. » Est joint l?autographe que Limbourg demandait (pour lui-même ?) : 14 lignes autographes signées sur papier in-4 à en-tête de son adresse.- 10. 12.03.1960, lettre dactylographiée signée, 1 page in-8. Remercie les amis des Grandes Conférences Catholiques, mais il craint ce qu?il s?est passé il y a quelques années (?) : « Je crois que je demeure un signe de contradiction et que cette manifestation pourrait avoir de grands inconvénients. » Enveloppe conservée.- 11. 03.04.1961, lettre autographe signée, 1 page in-12. « Comme ces photos nous ont intéressés ! Elles tiennent du miracle et ce que vous avez capté là est d?au-delà de la vie. » Sont jointes 16 photos argentiques en tirage original, 13 de 8,4 cm et 3 de 8,4 x 11 cm. Portrait de Mauriac dans un cadre imitant une télévision. Mauriac a manifestement joué le jeu et le résultat est stupéfiant, il y a des mimiques de Mauriac souriant où on ne le reconnaît pas. Ces photos semblent inédites. Ensemble exceptionnel.- 12. 25.06.1985, lettre dactylographiée signée, à en-tête de son adresse, 1 page in-8. Mauriac déclare qu?il est maintenant un vieux monsieur, qu?il ne donne plus de conférences hors France. Il termine en disant qu?il a rendu plusieurs fois hommage à Jean XXIII. Enveloppe conservée.- 13. Non datée, lettre autographe signée, 1 page in-12. C?est d?accord pour le 13 nov. (un débat ?), « impossible pour Bernanos (dont ce n?est pas assez dire qu?il ne m?aime pas...) ». « Vous me remercierez de vous avoir indiqué M. Guillemin - l?un des français les plus éloquents d?aujourd?hui [...]. C?est un catholique passionné et il connaît mon ?uvre mieux que moi. ».- 14. Datée du « 10 nov. », lettre autographe signée à en-tête de son adresse, 1 page in-12. « Revenez de votre émotion cher Monsieur ! Ce sont les Annales qui changeront leur date »?/ Ens. 14 lettres, 1 faire-part, 16 photos, 1 autographe.

Estimation : 400/600€


Lot 0075

MONTHERLANT, Henry de, correspondance avec Edmond LIMBOURG (1910-1992), avocat à la cour d?Appel de Bruxelles, vice-président des Grandes Conférences Catholique. Très riche correspondance que l?on pourrait aussi bien titrer : « Montherlant et la Belgique ». Comprend : 1. 20.04.1947, lettre autographe signée, 2 pages in-4. Réponse à la première lettre de Limbourg qui le sollicite : non. « Mais je pense que ce serait de ma part un abus de confiance, que me présenter au public belge comme un catholique croyant [...]. Au surplus, j?ai peu de goût pour faire des conférences »... Enveloppe conservée.- 2. Deux coupures de presse. La démarche a dû « fuiter ». Une de La Cité nouvelle (10 mai 1947) et l?autre de Carrefour (30 avril 1947). Voici le texte de la première : « Les Grandes Conférences Catholiques n?ont pas toujours le choix très heureux. On se demande par exemple dans quel cerveau a pu naître l?idée d?inviter M. Henry de Montherlant, cet écrivain français qui eut une conduite plus que douteuse durant l?occupation et qui vient de terminer une peine de silence de trois ans qui lui fut imposée dans son pays. Heureusement M. de Montherlant, qui n?aime sans doute pas les tomates, a fait savoir qu?il estimait sa présence inopportune en Belgique. Tant mieux, tant mieux ! Il ne reste plus aux dirigeant des susdites « grandes conférences catholique », pour compenser cette perte, d?inviter par exemple Alfred Fabre Luce, actuellement réfugié en Suisse ; ou, pourquoi pas ? Henri De Man. Avec une bonne petite visite au Soldat inconnu, émotion, gerbes, et tout et tous... ».- 3. 11.06.1948, lettre dactylographiée signée, 1 page in-12. Réponse à une nouvelle sollicitation. « Tout bien pesé je préfère donc mon temps de travail à celui qui me serait pris par la préparation d?une conférence et par l?organisation d?une séance. » Etc. Enveloppe conservée.- 4. 07.09.1948, lettre dactylographiée signée, 1 page in-4. La Fédération des Cadres catholiques des Étudiants de France lui a demandé de faire une conférence. Il aurait bien accepté mais il a trop de travail. Il n?est pas opposé à faire une conférence à Paris après l?avoir donnée à Bruxelles... Enveloppe conservée.- 5. 18.02.1949, lettre dactylographiée signée, 1 page in-12. Il trouve la correspondance avec Limbourg sympathique mais : « Je suis débordé, non pas même par mon travail, ce qui serait bien, mais par des occupations de toutes espèces touchant à l?administration de mon ?uvre »? Etc. Enveloppe conservée.- 6. 13.05.1949, lettre autographe signée, 1 page in-12. Donne rendez-vous chez lui le 20. Enveloppe conservée.- 7. 09.01.1951, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. Peut-être, un jour, viendra-t-il à Bruxelles pour parler. Enveloppe conservée.- 8. 27.01.1951, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. « Ce que j?ai fait demander à l?exploitant de la galerie ex-libris, c?est d?avoir des exemplaires de Celles qu?on prend dans ses bras pendant la semaine où cette pièce sera jouée à Bruxelles. » Il a demandé l?adresse des Grandes Conférences Catholiques ne se rendant pas compte que Limbourg les représentait.- 9. 06.02.1951, lettre dactylographié, paraphée, 1 p. in-4. Il viendrait l?année prochaine faire une conférence. Lui dire si janvier 1952 convient ; lui dire quels sont les deux autres villes belges qui conviennent. Louvain oui, mais l?autre ? Lui donner les noms des conférenciers passés et à venir et les sujets traités. Il ne va pas à Bruxelles pour la première de Celle qu?on prend... Il compte publier ou faire jouer en 1952 Le Triomphe de la Religion et en 1953 Port-Royal. La conférence préparerait la parution de ces deux pièces.- 10. 24.02.1951, lettre dactylographiée paraphée. Il allait confirmer sa proposition de faire une conférence quand il a lu la presse : « Si j?avais choisi de donner en Belgique, et en Belgique seulement, cette conférence, c?était que »... Etc. Belle lettre. Enveloppe conservée. On joint la copie carbone de la lettre dactylographiée de 2 pages in-4, qui est la réponse de Limbourg, datée du 27. « L?indigence intellectuelle de ces critiques n?a d?égale que leur absence totale d?influence sur l?opinion publique. ».- 11. 19.05.1951, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. Pour lui, les Belges suivent les Français. Il ne risque pas « de revenir sur [s]a décision de n?aller pas en Belgique ». Enveloppe conservée.- 12. 06.02.1952, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. Il est débordé, mais « Il n?est cependant pas impossible que je fasse de temps en temps une conférence, ni que je revienne sur la décision que j?avais prise de ne pas en faire en Belgique. » Etc. Enveloppe conservée.- 13. 13.11.1953, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. Il vient de refuser de donner une conférence pour le Jeune Barreau de Bruxelles. Il ne veut toujours pas faire de conférence en Belgique. Enveloppe conservée.- 14. 16.06.1954, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. Toujours non. Il envisage l?année prochaine une demi-retraite. Enveloppe conservée.- 15. 22.10.1954, lettre dactylographiée paraphée, 6 lignes sur 1 page 4°. Il n?a pas entendu parler du projet Lejeune. Enveloppe conservée.- 16. 19.12.1954, carte autographe signée à en-tête du Théâtre Royal du Parc d?Oscar LEJEUNE à Edmond Limbourg accompagnant une copie carbone de la lettre que Lejeune a envoyé à Montherlant le même jour où il propose une séance de gala en hommage au roi dont il ne peut avoir de réponse que tardivement. Les séances d?abonnement ont lieu les 11, 12 et 13. [De 1947 à 1969, sous la direction d'Oscar Lejeune, le théâtre fait l'objet d'une importante modernisation de son installation scénique et des locaux destinés aux comédiens.].- 17. 01.01.1955, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4 : « j?irai ou je n?irai pas en Belgique en février selon que j?aurai assouvi ou non cette faim de retraites. [...] Si je vais à Bruxelles, ce sera donc sans conférence. » Etc. Enveloppe conservée.- 18. 19.02.1955, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4 : « Je ne serai pas à Paris à la fin de cette semaine. Il m?est désagréable de vous manquer, mais ma peine est atténuée quand je vois qu?il s?agissait encore de me faire venir à Bruxelles. Pour moi, ce dont il s?agit, c?est de travailler et d?avoir une vie privée. Cela ne s?accommode pas de la vie de commis-voyageur à travers l?Europe, que, dans d?excellentes intentions, on veut à toute force me faire mener. » Enfin Montherlant dit ce qu?il pense !!!.- 19. 19.10.1955, copie carbone d?une lettre dactylographiée de Edmond LIMBOURG à Henry de Montherlant, 1 ½ pages in-4. Longuement Limbourg s?excuse d?avoir tant insisté pour que Montherlant donne une conférence. En vain. Mais il ne veut plus l?importuner. Il a cependant encore une idée. À l?occasion du 25e anniversaire de la fondation des Grandes Conférences Catholiques, il veut éditer une plaquette avec reproduction de plusieurs documents. Au centre seraient imprimées les réponses de personnalité à la question : "Le monde d?aujourd?hui est déchiré par de graves antagonismes tant dans le domaine philosophique que dans le domaine politique, social est même racial. Quelle doit être, en face de ces problèmes, l?attitude du chrétien ? De quelles manières doit-il contribuer à les résoudre".- 20. 25.10.1955, lettre dactylographiée paraphée, 1 page in-4. « Je ne cesse de répéter, par honnêteté, que je ne suis pas chrétien, et l?attitude du chrétien dans le monde actuel est quelque chose qui ne me regarde pas. » Etc.- 21. 13.03.1956 (cachet de la poste), lettre autographe signée, 1 page in-12. Invite Limbourg à dîner le jeudi 22 mars à 11 h.- 22. 27.03.1956, lettre dactylographiée signée, 1 page in-4. Il vient encore d?être sollicité par Les Amis de France de Milan. Il refuse. Il conseille par contre d?inviter Daniel Rops et Henri Rollan de la Comédie française.- 23. 09.03.1957, copie carbone d?une lettre dactylographiée de Edmond LIMBOURG à Henry de Montherlant, 1 page in-4. Remercie vivement l?écrivain pour l?envoi des Carnets. Il regrette de ne pas l?avoir accueilli à Bruxelles, etc. Bel ensemble très cohérent. 18 lettres originales, 14 dactylographiées et 4 autographes, plus 5 copies de lettres et 2 coupures de presse.

Estimation : 250/300€


Lot 0076

NOËL, Marie, nom de plume de Marie ROUGET (1883-1967), correspondance avec Edmond LIMBOURG (1910-1992). Poétesse française catholique, voire mystique. Le déchirement entre foi et désespoir, qui culmine dans un cri blasphématoire aussitôt repenti, est ici particulièrement poignant, selon la lecture que fait Jeanne-Marie Baude des Notes intimes. Elle entretint une importante correspondance avec des intellectuels de son époque : Henry de Montherlant, François Mauriac, Jean Cocteau, Colette, la princesse Bibesco, et fut notamment une grande amie de l'ambassadeur Léon Noël (1888-1987) (sans lien de parenté). Procès en béatification de la servante de Dieu a été ouvert, le 23 sept. 2017 par l'Église catholique, à la cathédrale d'Auxerre, à l'occasion du 50e anniversaire de sa mort. Il est beaucoup question de Raymond Escholier qui aide Marie Noël (Raymond Escholier, de son vrai nom Escolier (1882-1971) est un journaliste, romancier et critique d'art français. Il fut conservateur de la Maison de Victor Hugo et du musée du Petit Palais). Beaux témoignages d?une amitié. 1. [Février] 1957 (cachet de la poste), lettre dactylographiée signée, 1 page in-4 et 5 lignes, enveloppe conservée.- 2. 08.03.1957, lettre autographe signée, 1 page in-8, enveloppe conservée.- 3. 17.04.1957, lettre autographe signée, 1 page et 6 lignes in-8, enveloppe conservée.- 4. 10.05.1957, lettre autographe signée, 1 page in-8, enveloppe conservée.- 5. 13.05.1957, lettre autographe signée, ½ page in-8, enveloppe conservée. Sont jointes deux cartes postales de Diges (Yonne), dont une datée du 19.05.1957 et signée par Marie Noël, Raymond Escholier, Maurice Zech et (?) Edmond Limbourg (début de la signature d?Escoffier taché).- 6. 03.06.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8, enveloppe conservée.- 7. 18.06.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8, enveloppe conservée.- 8. 25.06.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8, enveloppe conservée.- 9. 28.08.1957, lettre dactylographiée signée, 1 page in-4°. Joint une copie autographe signée de « La Ronde du Roi de Belgique » publiée en mai 1915 dans la Revue politique et parlementaire, 3 pages in-4 (traces de papier collant). Joint aussi une note dactylographiée signée d?une ½ page in-4, grande enveloppe conservée.- 10. 02.09.1957, lettre autographe signée, 1 page in-8, enveloppe conservée. Lettre de condoléance pour la disparition de la mère de Limbourg.- 11. 18.09.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8°, enveloppe conservée. Ne peut se rendre pour raison de santé à la conférence d?Escholier.- 12. 22.09.1957, lettre autographe signée, 1 page ½ in-8, enveloppe conservée. Lettre d?accompagnement à sa lettre à la reine Élisabeth datée du 27 sept., 2 pages in-8, à remettre si elle est présente à la conférence d?Escholier, enveloppe conservée.- 13. 25.09.1957, petit carton signé déplorant que la Reine n?assiste pas à la soirée du 27 sept. organisée à Bruxelles en l?honneur de Marie Noël.- 14. 23.09.1957, télégramme : « De tout c?ur avec vous ».- 15. 01.10.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8. Remercie du récit de la soirée et remercie de l?avoir organisée.- 16. 31.10.1957, carte postale autographe signée. Elle a tardé à écrire, touchée par le décès de sa voisine.- 17. 03.11.1957, lettre autographe signée, 2 pages in-8, enveloppe conservée. Il est question de plaquettes à faire et à restituer. Compte se rendre à Bruxelles et demande si elle trouverait à placer un poème inédit ou deux pages de prose.- 18. 16.12.1957, carte autographe signée, écrite des deux côtés, enveloppe conservée. On joint un poème dactylographié, intitulé « Compliment à saint Pierre pour le Nouvel An », 1 page in-4°, daté de la main de la poétesse du 1er janv. 1958.- 19. 17.02.1958, carte postale autographe signée sous enveloppe conservée. Remerciement pour un photo d?elle sous cadre et des bonbons...- 20. 01.04.1958, carte postale autographe signée. Arrivera à Bruxelles le lendemain à cause des grèves.- 21. 27.03.1958, carte postale autographe signée. Elle est descendue à Uccle chez Robert Louis avec une amie.- 22. 07.04.1958 (lundi de Pâques), carte de visite autographe signée. Remercie vivement pour les fleurs.- 23. 11.05.1958, lettre autographe signée, 1 page in-4. Pas de nouvelles d?Escholier. Son « Patron » est devenu ministre.- 24. 29.05.1958, lettre autographe signée, 2 pages in-8, enveloppe conservée. Demande de renseignement sur la famille « de notre Colette ». Sur la situation : « Nous en sommes en France au moment de vouloir faire une omelette mais les ?ufs espèrent bien n?être pas cassés - et nous vivons, pour la plupart, dans le calme et la confiance. Nous désirions tous un grand changement. ».- 25. 15.07.1958, carte postale, autographe signée. Donne des renseignements pratiques en vue de la venue de Limbourg.- 26. 19.07.1958, lettre autographe signée, 2 pages in-8. Précisions et recommandations laissées sur place pour arriver jusqu?à elle. Enveloppe conservée.- 27. 31.12.1958, petite carte autographe signée. V?ux. Enveloppe conservée.- 28. 25.08.1959, carte postale autographe signée, avec plusieurs lignes de Raymond Escholier, enveloppe conservée.- 29. 30.12.1959, carte de v?ux signée.- 30. [1960], carte de v?ux illustrée, autographe signée.- 31. 11.01.1961, carton autographe signé, remerciements pour les v?ux et pour les timbres pour son neveu Charles.- 32. Noël 1962, carte de v?ux, autographe signée, enveloppe conservée. On joint une petite carte autographe d?un enfant remerciant l?envoi de timbres postes.- 33. 04.01.1962, lettre autographe signée, 1 page in-12. V?ux et remerciements pour les timbres.- 34. Déc. 1964 (cachet de la poste), carte de v?ux dactylographiée et autographe, signée. Enveloppe conservée.- 35. 25.11.1965, carte autographe signée où elle demande comment faire pour faire parvenir ses condoléances à la famille royale pour le décès de la Reine Élisabeth. Est joint un billet autographe signé de condoléances daté du même jour. Ce ne doit pas être celui qu?elle a réellement envoyé dont on a la preuve, par une lettre dactylographiée signée du Grand Maréchal de la Cour, A. Molitor, adressée à Edmond Limbourg, le remerciant d?avoir servi d?intermédiaire, enveloppe conservée.- 36. [Déc. 1965], lettre autographe signée, 2 pages in-8. V?ux et parle de sa vue, « Je vais avoir 83 ans ».- 37. Déc. 1966 (cachet de la poste), carte de v?ux autographe, signée. Enveloppe conservée.- 38. 05.01.1967, carte de v?ux dactylographiée et autographe, signée. Enveloppe conservée. Sont jointes deux photos de Marie Noël dédicacées, dont la dédicace de l?une est fort peu visible. Est joint le programme de la soirée donnée en l?honneur de Marie Noël par les Grandes Conférences Catholique à Bruxelles, photographie, texte de la poétesse, fac-similé, notice sur la poétesse et notice sur Escholier. Bel ensemble sur une rencontre, une amitié et l?organisation de la séance d?hommage. Le tout pourrait s?intituler : "Marie Noël et la Belgique"./ Ens. 19 lettres autographes, dont 2 dactylographiées, 19 cartes, 5 documents, 1 plaquette, 2 photographies.

Estimation : 250/300€


Lot 0077

ADAMOV, Arthur (1908-1970), de son vrai nom ADAMIAN, écrivain, traducteur et auteur dramatique français d'origine russo-arménienne, correspondance adressée à Alain TRUTAT Lettres datées ou non datées. La plupart commence par dire qu?il a essayé de lui téléphoner?- 1. 13.02.1948, carte lettre autographe signée. Adamov se décommande et donne des instructions pour reprendre rendez-vous.- 2. 18.03.1948, lettre autographe signée, 1 page in-4. Il a essayé de lui téléphoner, « mais toujours sans succès. J?ai maintenant - ou plutôt, j?aurai demain soir - un exemplaire au net de la Mort de Danton que Jean Vitez va jouer en Avignon. Je voudrais beaucoup vous voir très vite à ce sujet, et aussi à d?autres ; » Etc.- 3. 28.07.1954, lettre autographe signée. Est jointe la liste dactylographiée des personnages des « Âmes mortes », 1 p. in-4, annotée. Enveloppe conservée.- 4. 07.03.[1962] (cachet de la poste), lettre autographe signée, 1 ½ page in-4. Il désire le voir pour parler de sa pièce radiophonique « Le temps vivant ». « C?est très important pour moi » (souligné par Adamov). Enveloppe conservée.- 5. Vendredi 16 mars ?, lettre autographe signée, 1 p. in-8, avec un mot signé Jacquie. Adamov essaie en vain de toucher Alain Trutat.- 6. Mardi 20 mai ?, lettre autographe signée « Ern dit Arthur Adamov, 1 page in-4. Sur la pièce radiophonique « Temps vivant ». Serait-elle acceptée ? « téléphonez-moi ».- 7. Jeudi, lettre au crayon, 1 page in-12. « J?ai essayé de vous téléphoner. » Sur Dr Jekyll.- 8. Sans date, un mot au crayon paraphé Ern., 1 page in-12 au verso d?une liste « Opera », Supplément théâtral. « Téléphonez ».- 9. Sans date, carte postale envoyée depuis Hampstead. Sont jointes deux enveloppes adressées à Alain Trutat par Adamov mais non datables. Joint également le brouillon d?un texte sur « L?Éternel mari » de Dostoïevsky écrit au crayon de la main d?Adamov, brouillon complètement surchargé (Adamov a traduit « L?Éternel Mari »), 5 pages in-8 sur carton (couvertures récupérées)./ Ens. 8 lettres, 1 carte postale, 2 enveloppes et un brouillon.

Estimation : 300/400€


Lot 0078

BELLMER, Hans (1902-1975), est un peintre, photographe, graveur, dessinateur et sculpteur franco-allemand. Il est l'un des artistes majeurs du surréalisme. Toute son ?uvre étant imprégnée d'un vif érotisme. Lettre autographe signée, datée du 30 avril 1955, 1 p. in-4, adressée à Alain TRUTAT « Chargé de composer une petite exposition de portraits, j?ai retrouvé dans mes cartons deux études, qui vous appartiennent. J?en exposerai une : cette exposition, ne serait-elle pas une occasion de vous revoir ? » Enveloppe conservée. On joint le carton de l?exposition « Hans Bellmer Exposition de Portraits » (6 mai au 4 juin 1955)./ Ens. 3 pièces.

Estimation : 200/250€


Lot 0079

CHAGALL, Marc (1887-1937), lettre dactylographiée signée, 1 page in-4, adressée à Alain TRUTAT. Belle lettre : « J?ai bien reçu votre lettre et vous remercie pour le poème de Jerzy Ficowski qui y était inclus. Je suis touché que vous ayez pensé à moi et, par votre intermédiaire, je voudrais remercier ce poète dont je partage les sentiments poétiques. À mon point de vue ce poème mérite d?être placé seul sans introduction de ma part. » Etc. Jerzy Ficowski (1924-2006) est un ethnologue (spécialiste des cultures populaires juive et tsigane) et homme de lettres polonais, essayiste, parolier, poète et traducteur (du yiddish, du russe, du romani, du hongrois, du roumain). Il a participé pendant la Deuxième Guerre mondiale à l'Insurrection de Varsovie. Enveloppe conservée.

Estimation : 100/150€


Lot 0080

CHAR, René (1907-1969), tapuscrit de 2 pages in-4° destiné au marbre de l?imprimerie, intitulé « Le Soleil des eaux ». Cette pièce de René Char, qui a plus d'une signification, est presque un roman en dialogues. En outre, sa poésie, sa densité et sa profondeur sont extrêmes. Cette ?uvre à demi véridique, à demi imaginée, lui a été indiquée par des amis, sans rapport ou presque avec la littérature, mais qui continuent entre la Sorgue et le Rhône la tradition orale des troubadours et des conteurs? Introduction (?) de ce texte paru dans la collection blanche de Gallimard en 1951. Texte mis sous enveloppe avec la mention autographe : « Monsieur Alain Trutat / (passera) / de la part de / René Char ».

Estimation : 300/400€


Lot 0081

CHAR, René (1907-1969), correspondance avec Alain TRUTAT. Sept lettres autographes signées, demi in-4, sauf la dernière in-4.- 1. 14.02.1951 (cachet de la poste ?) : « Voici l?avant-propos dont je vous ai parlé, à mettre en tête du texte pour la Nef. » Etc. Enveloppe conservée.- 2. 14.04.1951 : « Je vous serais très reconnaissant s?il vous était possible de faire jouer à la Radio Nicole Ladmiral que vous avez dû voir dans le film de Bresson « J[ournal] d?un curé de campagne ». Elle dit excellemment les poèmes et les textes »... Etc. Enveloppe conservée. Nicole Ladmiral est une comédienne française (Paris, 1930-1958). Elle s?est jetée sous une rame de métro, station Daumesnil, le matin du 11 avril 1958.- 3. 25.03.1954 : étant à Paris, il serait heureux de revoir les Trutat. « J?ai fait une adaptation pour la Radio de Claire que j?ai complètement remaniée, une scène (celle du notaire uniquement visuelle) a été remplacée par une autre, etc... » Enveloppe conservée.- 4. 25.05.1954 (cachet de la poste) : « Je pars à la fin de cette semaine pour assez longtemps et j?aurais besoin de « Claire » que je n?ai pas en double afin de le faire taper car il va être traduit en anglais et je dois l?envoyer vite. » Etc. Enveloppe conservée.- 5. 02.05.1955 (cachet de la poste). « Je vais faire tirer quelques cartes d?annonce c.à.dire d?invitation à écouter pour envoyer à des amis et connaissance de CLAIRE. Voudriez-vous être assez gentil de la rédiger, car je ne connais pas bien la formule à employer pour la Radio ? » Etc. Enveloppe conservée.- 6. 15.05.1955 (cachet de la poste ?) : « C?est très bien. Et pas seulement à travers moi. Tant pis pour les enculeurs de mouches, s?il s?en trouve. » Enveloppe conservée.- 7. 27.08.1964 (cachet de la poste) : « Je suis allé quelques jours dans la Garrigue du Gard et à vrai dire aussi, je me tenais mal sur mes jambes. Mon courrier n?était pas ouvert - ni regardé. Jours et nuits nuls? Voulez-vous venir un après-midi prochain »... Etc./ Ens. 7 lettres + enveloppes.

Estimation : 1000/1200€


Lot 0082

LÉGER, Fernand (1881-1955), peintre français, créateur de cartons de tapisseries et de vitraux, décorateur, céramiste, sculpteur, dessinateur et illustrateur. Il a été l?un des premiers à exposer publiquement des travaux d?orientation cubiste, même si on a parfois qualifié son style de « tubiste ». Lettre autographe au crayon signée (deux fois : « Fleger » et « Fernand Leger ») à Alain TRUTAT à qui Léger, n?ayant « pas de nouvelle du financement de notre émission. / Prière de vous en occuper. » 1 page in-4 à en-tête de la « Radiodiffusion et Télévision Françaises ».

Estimation : 300/400€


Lot 0083

LEYRIS, Pierre (1907-2001), est un traducteur français, depuis l'anglais. Il a notamment traduit des ?uvres de Shakespeare, de Melville, de T. S. Eliot, de Yeats, de Dickens, de Stevenson, de Hawthorne, de Quincey, de Milton et de Jean Rhys. Sa traduction en quatre volumes des ?uvres de William Blake, parue chez Aubier et Flammarion, demeure la plus complète en langue français. Correspondance avec Alain TRUTAT comprenant 12 lettres autographes signées des années 40 et 50, de différents formats, mais le plus souvent in-8, d?une petite écriture serrée, et 11 cartes postales prépayées à l?effigie du Maréchal Pétain, verso emplis de la petite écriture de Leyris. Il est question de traduction... Mais souvent les lettres deviennent familières. Cette relation passe du « Cher Monsieur » à « Mon petit Alain ». Ainsi, cette lettre qui commence par ces mots : « Le 20 J. Que te dire, mon petit Alain. Si je ne scie pas du bois, je torche les gosses. Si je ne torche pas les gosses, j?arrache les pommes de terre. Si je n?arrache pas les pommes de terre, je fais la vaisselle, si je ne ... etc... ». L?ensemble représente plusieurs dizaines de pages imprimées. Plusieurs enveloppes conservées.

Estimation : 250/300€


Lot 0084

RIBEMONT-DESSAIGNES, Georges (1884-1974), écrivain, poète, dramaturge et peintre français, est autour de 1915, avec Marcel Duchamp et Francis Picabia, l'un des précurseurs à Paris de l'esprit qu'en 1916 à Zurich Tristan Tzara nomme « Dada ». À partir de 1920 il participe à toutes les activités du mouvement et l'on dira de lui qu'il avait alors écrit « le seul théâtre dada, la seule musique dada », anticipant dans ces deux domaines sur les développements ultérieurs des thèmes de l'absurde et du recours à l'aléatoire. Proche ensuite des surréalistes, il rompt en 1929 avec André Breton et rejoint Le Grand Jeu. Après-guerre, il produit des préfaces littéraires et reste éloigné de Paris. 2 cartons de v?ux autographes signés illustrés par Ribemont-Dessaignes destinés à Alain TRUTAT, l?un daté du 29 décembre 1966 : « Cette petite image vous apporte mille v?ux, de ma femme et de moi - avec l?espoir d?un merveilleux 1967. Hum ! » Etc. ; l?autre daté du 27 décembre 1967 : « Cette petite carte pour vous dire que toute mon amitié va vers vous, et ma reconnaissance aussi pour tout ce que vous faites pour moi. » Etc. Enveloppes conservées. Sont joints un carton illustré de v?ux, vierge de texte, et le carton d?invitation pour la sortie du livre illustré par Ribemont-Dessaignes (« Arbres ») et exposition des ?uvres de Ribemont-Dessaignes (30 peintures des années 1900 à 1910 « récemment retrouvées » (bords insolés). Expo du 24 août au 8 sept. 1967 à la Galerie Chave./ Ens. 4 pièces et 2 enveloppes.

Estimation : 200/250€


Lot 0085

ANOUILH, Jean (1911-1987), dramaturge et scénariste français. Lettre autographe datée du 24 sept. 1960, signée, adressée à Roger REDING (1917-1978), directeur du Théâtre du Parc à Bruxelles. 2 pages in-4. Long remerciement pour avoir accepté de reculer la création de La Nuit des rois, adaptation de Shakespeare au mois de janvier. La présence de Suzanne Flon [...] était indispensable et nous avons dû attendre qu?elle soit libre pour créer la pièce dans les meilleures conditions possibles... ».

Estimation : 40/60€


Lot 0086

BARRÈS, Maurice (1862-1923), écrivain français, lettre autographe signée de 3 pages in-12 (traces de pliage), non datée [1898], sans nom de destinataire, mais adressée à Jeanne DE TALLENAY (1863-1920), écrivaine belge, auteur de "Au sanatorium" (Bruxelles, Larcier, 1896) dont parle Barrès à la réception de son dernier livre, très vraisemblablement, "Le Réveil de l'âme, (visions à l'Abbaye de Villers)", Paris, P. Ollendorff, 1898 : « J?admire la force, l?élan de la plastique de ce drame historique. Ce n?est pas aujourd?hui madame [...], que j?apprécie l?auteur de « Au sanatorium », mais aujourd?hui vous nous donnez votre chef d??uvre. » Rappelons que Jeanne de Tallenay tient un salon littéraire à Bruxelles à l'époque de la renaissance des lettres belges et entretient une correspondance avec la plupart des écrivains de son époque : Camille Lemonnier, le sâr Péladan, Charles Maurice, Edmond Picard. Elle collabore à la Jeune Belgique, à Durendal, à l'Art moderne, et fut, pendant plusieurs années, correspondante du Figaro.

Estimation : 50/100€


Lot 0087

BELGIOJOSO, Cristina TRIVULZIO, princesse (Milan, 1808-1871), femme de lettres, journaliste, patriote italienne, elle participa activement au mouvement qui mena à l?unité italienne « Le Risorgimento », lettre autographe signée, 4 pages petit in-12, adressée à un comte. « La mort de Mr Aimé Martin laisse une place vacante à la Bibliothèque de Ste Geneviève. Si vous ne l?avez déjà ni donnée ni promise, permettez-moi de vous proposer une bonne et sage action à faire, un choix heureux et qui soit une nouvelle preuve de l?impartialité de votre jugement et de la haute indépendance de votre noble caractère. Nommez un homme qui n?a ni protections ni recommandations excepté celles de son talent Mr De Laprade. Allez chercher au fond de sa mansarde »... Etc. La lettre non datée doit avoir été écrite peu de temps après le décès d?Aimé Martin (1782-1847), littérateur français. Nous ne pensons pas que De Laprade soit le littérateur et homme politique membre de l?Académie française en 1847 : Victor de Laprade (1812-1883)... Document rare.

Estimation : 150/200€


Lot 0088

BRUNEAU, Alfred (1857-1934). Compositeur qui mit en musique de nombreuses ?uvres de Zola avec lequel il fut très lié. Deux lettres adressées au président de l?Association Émile Zola fondée en 1810, dont lui-même est vice-président et membre. 1. 11.02.1913, lettre autographe signée, 1 page et qqs lignes in-12 : « La vénération dont j?accompagne le tendre souvenir glorieux d?Émile Zola m?a seule dicté toutes les paroles que j?ai dites hier. [...] Je dois vous le confirmer et c?est avec un grand regret que je vous prie d?accepter ma démission de vice-président et de membre du Comité directeur de l?Association Émile Zola. ».- 2. 08.06.1913, lettre autographe signée, 1 page in-12, « On me convoque à une réunion du Comité de l?Association Émile Zola. J?en suis très étonné, car je vous ai adressé, le 11 février dernier, ma démission [...]. » Il demande de faire le nécessaire. Etc./ Ens. 2 lettres.

Estimation : 50/75€


Lot 0089

CÉLINE (1894-1961), lettre autographe paraphée à Charles DESHAYES [1948], envoyée du Danemark (un feuillet grand in-4 écrit à l'encre bleue recto et verso, avec enveloppe à l'adresse du « 77 Rue Massena à Lyon »). « Cher ami, / Hélas je crois bien que la lettre d'A.B. a été « retenue » par son collègue ici ministre de l'I. Pub [...] auquel je l'ai communiquée... Il l'a trouvée si intéressante etc. [...] l'homme est délicat et très honnête... peut-être un oubli... nous verrons [...] Bon je laisse AB tranquille. Ces situations sont trop délicates trop épiées des flics pour être très engageantes... Le monde est trop méchant pour que le monde change [...] /Soyez assuré que la haine et le profit associé des Résistentialistes [sic] ont créé un de ces ciments, auprès duquel le mur Atlantique n'est que mastic ? la brèche n'est pas pour demain ni la fonte ! Il faudra des événements, hélas des catastrophes [...] pour que rien vienne à changer avant deux générations. Ah Candide n'est pas de mes cousins ! / Tout va pour le pire dans le plus raté des mondes ! mais vous êtes jeune et il est difficile à la jeunesse de ne pas croire en un autre monde sur Terre... / Ces canadiens semblent bien impertinents mais je connais un peu le milieu dont provient ces feuilles. Il m'est très suspect [?] vous y engager qu'avec beaucoup de réserve. / Votre aff / LD [Lucien Destouches]. » Jeune lyonnais admirateur de Céline, Charles Deshayes entreprit en 1948 des démarches auprès de la Ligue des droits de l'Homme et d'amis journalistes, anciens collabos, afin d'organiser des campagnes de presse en faveur de Céline. Deshayes servait de relais en France et d'informateur auprès de Céline sur l'état de la presse à son égard. Les deux hommes ne se rencontreront jamais.

Estimation : 300/401€


Lot 0090

CÉLINE (1894-1961), Lettre autographe inédite paraphée à un destinataire non identifié, 2 pages in-4 (pliures, bruniss.) (Saint Malo, juillet 1943) : « ... cette photo est impossible à publier telle quelle ! Ce pote si aimable ne pourrait-il la retoucher selon le modèle ou à peu près ? Essaye tu seras bien gentil. / Évidemment la sauce semble tourner toc ! Ce n'est pas absolument une surprise hélas ! Toutes les conneries accumulées devraient gagner un jour ou l'autre ! Quelle belle vieillesse ! Ta santé va plutôt mieux, tu as trouvé la tendresse ? Trouve nom de Dieu ! Dépêche-toi ! Le temps presse ! Je crains que les roucoulades ne deviennent difficiles si ça continue / Tu vois ce nouvel exode vers Katyn Je ne sais pas encore quel itinéraire je choisirai. Je me tate ! Bien aff / Louis Fr / [?] St Malo. ».

Estimation : 300/400€


Lot 0091

CÉLINE (1894-1961). Lettre autographe signée, 2 pages in-4, adressée au peintre et dessinateur GEN PAUL (Eugène Paul, 1895-1975) qui l'offrit ensuite, la lettre portant en haut à gauche la mention « à mon pote spector. Gen Paul ») : « Cher Popol - / Te voici bientôt sur le départ... J'espère que tout est prêt. N'oublie pas d'envoyer un télégramme du bateau [?] la veille de l'arrivée. Amuse-toi bien. Vois surtout Sande de ma part et les amis Bourgeois et Parker [...]. Il est possible que je me trouve à ton retour au Havre. Ici je suis très bien pour travailler. Admirablement sur le port. Une grande chambre bien silencieuse [...] ». Il restera à Saint-Malo puis à Guernesey. Il attend son retour triomphal avec impatience : « Dessine-moi des danseuses ». Et de signer : « Ton vieux pote, Amitiés à ta femme. Louis Ferd ».

Estimation : 300/400€


Lot 0092

CHARPENTIER, Gustave (1860-1956), musicien français. Lettre autographe signée, 3 pages in-8 à en-tête de l?hôtel du Palais d?Orsay, adressée à un « cher ami », le lendemain ou qqs jours après la première de Julien ou la vie du poète qui eut lieu le 4 juin 1913. Charpentier fait une série de remarques sur l?interprétation de son ?uvre. Voici la première : « Voulez-vous me permettre de vous signaler quelques réflexions que j?ai oublié de vous signaler hier : 1° le dernier rire de la Fille, mué en sanglot rend la fin incompréhensible. La Fille n?aucune raison de se désoler. Tout l?effet de cette fin est détruit si le rire ne sonne pas comme la raillerie dernière de l?Humanité ». Etc. Précieux document.

Estimation : 75/100€


Lot 0093

HELLENS, Franz (Bruxelles, 1881-1972), pseudonyme de Frédéric Van Ermengen, poète, romancier, essayiste et critique belge. Deux lettres : 1. 23.05.1944, lettre autographe signée, 2 pages in-12 adressée à Charles CORDIER, poète belge. Belle et longue analyse critique du livre de Cordier, La Journée d'un Professeur (poème en prose rythmée) : « après avoir relu votre Journée d?un professeur dans sa forme typographique, j?emporte la même impression qu?à la lecture en manuscrit : c?est une belle ?uvre, originale dans sa conception et son style. Cette journée est tout un monde matériel et spirituel »... Etc.- 2. 12.11.1948, lettre autographe signée, 1½ page in-8 adressée à Jean MARSUS (1904- ?), nom de plume de Marcelle de Clerck, femme de lettres belge, auteure de romans policiers, découverte par Stanislas-André Steeman. Elle crée le personnage de Diana, jeune détective dont les aventures se déroulent principalement en Italie. Pour Michel Lebrun, « ces récits allègrement enlevés dans un style très en vogue à l'époque de la comédie américaine, sont basés sur d'excellentes connaissances de thèmes renouvelés ». Hellens se montre direct : « Chère Madame, / J?ai bien reçu lettre et livres, le vôtre et celui de Cordier. / Habitué à déclarer franchement mes idées et opinions, j?espère que vous ne m?en voudrez pas si je vous dis que la couverture adoptée par l?édition des « Argonautes » m?est antipathique. Banale, commerciale, pour tout dire de mauvais goût. Je ne vous cacherai pas que je ne désire aucunement paraître sous une pareille enseigne. Je veux pour mon Voyage rétrospectif une couverture toute simple... Etc. Il trouve la présentation des deux livres reçus, un sans doute de Cordier et l?autre de Marsus, « absolument inélégante ». Lettre importante car elle précise une date pour le texte de Hellens, important, mais resté longtemps en manuscrit et conservé aux Archives et Musée de la Littérature à Bruxelles et finalement édité en 2000 aux Presses universitaires Blaise Pascal de Clermont-Ferrand par Sourour Ben Ali, à partir du tapuscrit (ML 3336) issu des collections des AML et daté de mai 1966. Voir Marc Quaghebeur, « Le Voyage rétrospectif ». Un texte important de Franz Hellens, dans Studi francesi, 2012. Hellens donne enfin rendez-vous à Cordier et donne des précisions sur le « fonds des lettres ». / Ens. 2 lettres.

Estimation : 50/100€


Lot 0094

INDY, Vincent d? (1851-1931) est un compositeur français et un enseignant prolifique. Il fut un des créateurs de la Schola Cantorum de Paris. Lettre autographe signée, datée du 21 août 1921, 1 page in-12 adressée à une interprète : « Je suis de votre avis pour l?exécution de « Mandoline » de Debussy. Elle doit être légère et rapide, sans quoi elle perd toute son allure et je vois très bien les « haletances » de Debussy devant une exécution modérée et sans mouvement. » Etc. Mandoline est une mélodie composée en 1882 par Claude Debussy sur un poème de Paul Verlaine, interprétée par la cantatrice australienne Nellie Melba (1861-1931) en 1913.

Estimation : 50/100€


Lot 0095

INDY.- "Portrait de Vincent d'Indy, jeune" (1892). Tirage argentique, monté sous passe-partout et cadre en bois. Dédicace agrémentée de quelques notes musicales (sur le passe-partout) à Mathieu Crickboom, violoniste, compositeur et chef d'orchestre belge (1871-1947) : "à Crickboom / le plus jeune mais non pas / le moins chic du Quatuor Ysaye / souvenir affectueux / de son séjour à Paris / mai 1892 / Vincent d'Indy". Dim. cadre : 40 x 32 cm ; photo : 14 x 10 cm (passe-partout bruni).

Estimation : 200/250€


Lot 0096

Général d?Empire verviétois.- JARDON, Henri-Antoine, né le 3 février 1768 à Verviers dans la principauté de Liège et mort le 25 mars 1809 à São Martinho do Campo au Portugal, est un général français de la Révolution et de l?Empire, célèbre pour son courage et ses qualités humaines. Son nom (souligné car mort au combat) est gravé sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Ouest. Certificat de service accordé à un certain Chapuis. Texte manuscrit avec cachet de cire signé par le général Jardon. On joint son portrait (lith.) et une plaquette par M.C. Siter, Notes historiques, pour sevir à l?Éloge funèbre du Général Jardon, commandant de la Légion d?Honneur. Verviers, L.J.M. Loxhay, in-12, sans date, broché sans couv. (dos renforcé au papier collant). Ens 3 pièces.

Estimation : 75/100€


Lot 0097

LAVEDAN, Henri (1859-1940), journaliste et écrivain français. Photographie originale format carte postale contrecollée sur carton (Benque et C° 33 rue Boissy d?Anglas Paris) avec dédicace signée : « à Madame Sekhlechta (?) / respectueux et amical / souvenir / Henri Lavedan / Décembre 92 ».

Estimation : 30/60€


Lot 0098

GIDE, André (1869-1951), deux brouillons de lettres, l?une adressée à Roger MARTIN DU GARD sur le prix Nobel, l?autre à SAINT-JOHN PERSE. Épreuves de « Le Retour ». Comprend 6 feuillets autographes de brouillons et notes, grand in-4 : 2 pages anopistographes : brouillon d?une lettre à Roger MARTIN DU GARD qui a reçu le prix Nobel de Littérature en 1937, alors que Gide vient de le recevoir (1947) et qu?il ne veut pas se rendre à Stockholm, mais ne veut pas paraître ingrat. ½ page anopistographe : Instructions en cas de décès (?) au nombre de 4. « 2° Deux chèques (dont l?un de 1.600.000+) à prendre dans le 9e casier » ... Etc. 2 ½ pages anopistographes : brouillon d?une lettre à [Alexis] LEGER [Saint-John Perse]. Demande de renseignements pour son voyage à Baltimore (1948) et demande d?aide pour une protégée. Sont jointes les épreuves en placards de Le Retour (Neuchâtel-Paris, Ides et Calendes, 1946, in-8, pp. 17 à 36 ; nombreuses corrections autographes de Gide. Intéressantes épreuves montrant le placement des répliques. Peut-être les premières épreuves.

Estimation : 150/200€


Lot 0099

GREEN, Julien (1900-1998). Correspondance à Richard HEYD, de la Maison d?éditions Ides et Calendes à Neuchâtel, comprenant 14 lettres autographes signées allant du 7 juin 1947 au 27 octobre 1954. Montre une belle amitié et révèle de nombreux renseignements sur des livres parus et à paraître.- 1. 07.06.1947, lettre autographe signée, 1 ½ page in-12, face de l?enveloppe conservée. Donne les raisons de son retard à une réponse à ses sollicitations. De plus tout son temps est pris par un film sur la vie de saint Ignace de Loyola. Son projet roman sort dans moins d?un mois, il ne manquera pas de lui en envoyer un exemplaire.- 2. 15.09.1947, lettre autographe signée, 2 pages grand in-8, face de l?enveloppe conservée. Tours occupé à de menues besognes, Green a entretemps vu Heyd à Neuchâtel. Il pense beaucoup au texte qu?il pourra lui donner.- 3. 07.10.1947, lettre autographe signé, 3 pages in-8, face de l?enveloppe conservée. Le scénario s?achève et il pense au livre qu?il va lui offrir. Pourquoi pas le volume de son journal 1942-1948 pour lequel il a signé un contrat avec les éditions du Salon Carré à Paris, avec illustrations de Bérard. Le texte a été remis, les illustrations aussi, mais on lui a fait savoir que la crise du livre ne permettait pas de lui payer les 1500 frs de droit d?auteur. Pourquoi pas aux Ides et Calendes ?.- 4. 22.10.1947 (cachet de la poste), lettre autographe signée, 1 page in-8, face de l?enveloppe conservée. Accepte les raisons du refus pour le volume du journal.- 5. [avril 1948], lettre autographe signée, 1 page in-8, face de l?enveloppe conservée. Comprend la réponse tardive due à une opération douloureuse. Green est embêté par une note passée dans les journaux par Gide. Il n?a pas envie de le rencontrer, mais ne veut pas que son silence soit considéré comme une négligence de c?ur car il l?aime beaucoup.- 6. 23.07.1948, lettre autographe signée, 1 page in-4 à en-tête du Savoy Hotel de Merano. Il espérait passer en Suisse, mais une parente exige qu?il l?attende à la gare pour son arrivée. Face de l?enveloppe conservée.- 7. 23.02.1929, lettre autographe signée, 2 pages in-4, face de l?enveloppe conservée. Il avait des nouvelles par Gide mais il est heureux d?avoir des nouvelles. « Merci également pour toutes ces choses aimables que vous me dites au sujet de cet articles écrit en toute hâte sur le pauvre Bérard. » Il refuse toute proposition d?échange. Heyd n?a qu?à dresser la liste de ce qu?il veut : « Je vous donnerai avec joie les livres qui vous manquent pourvu qu?ils ne soient pas trop anciens, car il ne me reste plus d?exemplaires de mes premiers romans. » Etc.- 8. 22.11.1949, lettre autographe signée, 2 pages in-4, face de l?enveloppe conservée. Une société de bibliophiles lui propose d?éditer à 50 exemplaires hors commerce quatre articles parus dans le Figaro, illustrés par Rémon. Il a répondu qu?il le consulterait puisqu?il lui destinait ces textes. Il a vu Gide « admirable de jeunesse et de gaieté ».- 9. 10.12.1949, lettre autographe signée, 1 ½ page in-4, face de l?enveloppe conservée. Remercie pour les livres reçus. Voudrait être plus long, mais est pris dans la rédaction d?un roman. Il donne aux bibliophiles le début des souvenirs d?enfance paru dans Carrefour. Remercie Jacqueline, la femme de Heyd de ce qu?elle dit de son journal. Enfin : « J?aime beaucoup ces lettres de Proust malgré ses horripilantes affectations qui me gâte un peu sa correspondance. « Votre lettre m?a inondé de chagrin. » Écrit-il. Pourquoi ? Parce que Gabay n?a pas eu son prix. Que serait-ce s?il était mort ? ».- 10. 05.03.1951, depuis Copenhague, ½ page in-4, face de l?enveloppe conservée. « Excusez ce mot gribouillé en hâte sur un affreux papier, mais je ne veux pas attendre pour vous dire combien je suis heureux et soulagé d?apris [sic] que la chère Jacqueline est hors de danger. Dites-le lui s?il vous plaît. Vous avez dû terriblement souffrir, mais il y a toujours des compensations à ces souffrances-là. Vous verrez. ».- 11. 03.01.1952, lettre autographe signée, 1 pages in-12, face de l?enveloppe conservée. V?ux. Il travaille d?arrache-pied à une presse.- 12. 09.12.1952 (cachet de la poste), lettre autographe signée, 2 pages in-12, face de l?enveloppe conservée. Il a bien reçu le livre, mais une photo n?est pas comme elle devrait être. Défaut du livre ou exemplaire défectueux ?.- 13. 23.05.1954, lettre autographe signée, 1 page 4°, face de l?enveloppe conservée. Il a traîné pour remercier pour les deux beaux livres reçus, mais il doit finir une pièce, attaquer un roman « et ainsi de suite jusqu?à la fin, puisque apparemment je suis au monde pour cela !- 14. 27.10.1954 (date ajoutée au crayon), lettre autographe signée, 3 ½ pages in-12. Toujours en retard pour lui écrire, mais il entreprend trop. Il demande à Heyd s?il peut lui trouver la réimpression des Institutions Chrétiennes de Calvin qui doit sortir au début de l?année prochaine aux éditions Labor et fides?/ Ens. 14 lettres.

Estimation : 300/400€


Lot 0100

MONTHERLANT, Henry Millon de (1895-1972) est un romancier, essayiste et dramaturge français. Souvent désigné sous le seul patronyme de Montherlant, il est l'auteur de quelque 70 ouvrages et est notamment connu pour son roman "Les Jeunes Filles" (1936-1939) et ses pièces de théâtre "La Reine morte" (1942), "Le Maître de Santiago" (1947) et "La Ville dont le prince est un enfant" (1951). Correspondance comprenant 1 lettre à un correspondant non identifié, 3 lettres à Louis Lebrun de la Maison Grasset, 1 à Richard Heyd et 1 à Franz Hellens.- 1. Non datée et destinataire inconnu, lettre autographe signée, 2 pages in-8 sur un feuillet in-4 à en-tête de Bernard Grasset, Éditeur (1 pli déchiré sans manque). « [J]e me suis représenté toute cette fausse littérature que l?on fait, ces sortes de modes prétentieuses que revêtent les petits nigauds qui n?ont rien à dire, - comme celle qui a consisté à dire, pendant un hiver, que quelqu?un qui ne savait pas apprécier une poularde ou distinguer deux crus était dans l?impossibilité de sentir Racine... » Etc.- 2. 06.01.1932, lettre autographe signée, 2 pages in-4, adressée à Louis LEBRUN de la Maison Grasset, depuis Fez., lui demandant de réserver un voyage et d?envoyer des livres. Enveloppe conservée.- 3. 04.10.1932, lettre autographe signée, 1 page in-4, adressée à Louis LEBRUN, depuis Fez. Alors que tout était prêt pour son départ en opérations militaires, ses blessures l?obligent à garder le lit, il « renonce à ce projet et rentre à Alger » où il faut lui envoyer les épreuves de Mors et vita qui doit sortir à l?époque prévue. Il rentrera alors à Paris. Enveloppe conservée.- 4. 22.02.1933, lettre autographe signée, 2 pages in-4, adressée depuis Alger à Louis LEBRUN. Après avoir demandé quelques livres : « Sur la petite table où je dédicacerai mes exemplaires, j?ai vu un jour une liste dactylo d?ouvrages de chez vous, qui, par leur médiocrité, m?ont paru être une liste d?invendables, que vous destiniez à une vente en gros quelconque. Je me permets de vous signaler qu?il y avait là 2 ouvrages qui même s?ils ne se vendaient pas, devraient être maintenus »... Etc. Il donne les titres. Il annonce qu?il corrige les premières épreuves de La Relève. Enveloppe conservée.- 5. 14.11.1951, lettre autographe signée, 1 page et 6 lignes in-12, adressée à Richard HEYD des Éditions Ides et Calendes à Neuchâtel. Pour La ville [La ville dont le prince est un enfant] « il n?y a encore que 3 articles tous bons (Arts, Opéra, Aurore) mais cette pièce reçoit un accueil extraordinaire »... Etc. Propose d?annoncer la parution de la pièce. Enveloppe conservée.- 6. 01.05.1954, lettre autographe signée, 1 ½ page in-4, adressée à Franz HELLENS qu?il remercie pour sa chronique sur La Rose [La Rose de sable (1968) Une première version, tronquée, est publiée hors commerce et sous pseudonyme en 1938 ; puis L'Histoire d'amour de la Rose de sable en 1954.] « Si j?ai bien aimé votre compte-rendu de l?Histoire d?amour, qui ne va pas chercher midi à quatorze heures, comme ont fait plusieurs critiques. » À Relever : « Mais vous allez épouvanter les démo-chrétiennes Éditions du Seuil en les appelant Éditions du Sérail ! Les Belges, quand même ! Toujours grivois... » Enveloppe conservée./ Ens. 6 lettres.

Estimation : 150/200€


Lot 0101

LOU?S, Pierre (1870-1925), écrivain français. 3 pages in-8 de notes sur Wagner. Incipit : « Février 1853 / Paraît le texte d?un gigantesque poème révolutionnaire : la Tétralogie. Wagner insurgé de 1848 »... Etc.

Estimation : 40/80€


Lot 0102

MAC ORLAN, Pierre (1882-1970), pseudonyme de Pierre Dumarchey, est un écrivain français. Lettre autographe signée, datée du 7 novembre 1941, ½ page in-4° à en-tête de l?écrivain, adressée à un « Cher ami » : « Je vous remercie pour votre article dans Lectures qui me touche profondément par son ton affectueux. Je serai content de vous voir quand j?irai à Paris »... Etc.

Estimation : 25/50€


Lot 0103

MAETERLINCK, Maurice (1862-1949), écrivain belge, 3 lettres adressées à Jeanne DE TALLENAY (12863-1920), écrivaine belge qui tint salon à la fin du 19e s. à Bruxelles. Elle fréquenta ainsi Picard, Péladan, Lemonnier, Morice, etc. Trois pièce autographes signées : 1. Petite lettre d?une page in-12 datée du 4 juillet [1896] Il rentre d?Angleterre et trouve le livre de Jeanne de Tallenay. « Ça été une des bonnes joies qui m?ont souri sur le seuil au retour. » Il la remercie pour sa dédicace. Il s?agit sans doute de « Au sanatorium » dont parle Maeterlinck dans cette lettre du 4 juillet [1996] qu?il va lire. 2. Carton non daté [1896] : Il est question du petit livre qu?il vient de lire et dont il déclare qu?il s?agit d?« un pur et profond chef-d??uvre ». Et « Il y avait une grande distance entre « les Treize douleurs » [Paris, Ollendorff, 1895] et les volumes qui les précèdent ; il y a une distance bien plus grande encore entre le « sanatorium » [Bruxelles, Vve Larcier, 1896] et « les treize douleurs » [...]. 3. Lettre de 4 pages in-12 datée du 19 août [1896 ?]. Lettre assez intime : « Que vous dirais-je ? Il est étrange qu?il faille briser d?abord un si grand nombre d?entraves avant que l?on puisse se parler librement ». Etc.

Estimation : 150/200€


Lot 0104

MORAND, Joseph (1757-1813), général français de la Révolution et de l?Empire. Laisser passer sur papier à en-tête du général de division, commandant en chef de la 23e division militaire, daté du 24 juillet 1804. Les hommes désignés doivent rejoindre à Ajaccio le colonel Catamo. Signature autographe. En l?an VIII, il est employé comme inspecteur général d?infanterie à l?armée d?Italie avant de se voir confier par le premier Consul le commandement de la 23e division militaire en Corse. Il est fait chevalier de la Légion d?honneur le 11 décembre 1803, et commandeur de l?ordre le 14 juin 1804. Est élevé baron de l'Empire le 15 août 1810 (plusieurs plis).

Estimation : 40/80€


Lot 0105

« le dieu du piano ».- PLANTÉ, Francis (1839-1934) est un pianiste français, surnommé « le dieu du piano », il fut l'un des tout premiers musiciens à avoir été enregistré. Arthur Rubinstein, dans Mes longues années, se souvient avec respect de la fougue de son jeu. Lettre autographe signée, datée du 30 janv. 1905, correspondante non identifiée, 4 pages in-12. Obligé de refuser l?invitation mais la santé d?un de ses petits-fils l?empêche de se déplacer. « Cette situation d?inquiétudes et d?incertitudes m?a empêché de faire mon projet artistique pour cet hiver, et hier encore j?ai eu le regret de confirmer au grand artiste Ysaye [Eugène Ysaÿe (1858-1931) violoniste, compositeur, organisateur de concerts, pédagogue et chef d?orchestre belge] mon impossibilité d?aller à ses concerts de Bruxelles en Avril où il avait conçu depuis un an le projet de me réunir à son autre ami Raoul Pugno » [(1852-1914) compositeur et pianiste français. En 1897, il part en tournée aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Italie, en Autriche, en Russie... avec Ysaÿe, son frère de c?ur et d'art, avec qui il interprète notamment les sonates de Beethoven].

Estimation : 50/100€