Lot n°0060

- « L'Espion Turc », avec une vue de Constantinople.- [MARANA (G. P.)]. L'Espion dans les cours des princes chrétiens, ou lettres et mémoires d?un envoyé secret de la Porte dans les cours de l'Europe [...]. Nouvelle édition [...]. Paris, Jean Couterot, 1710, 6 vol. in-12, vol. 1 : frontispice, [46]-414-[10] p., 4 vues dépliantes (« Paris du côté Nord » [petit renfort au papier collant], « Détroit de Gallipoli », « Constantinople », « Perpignan »), 1 figure h. t. ; vol. 2 : [8]-396-[12] p., 5 figures h. t. ; vol. 3 : 444-[12] p., 1 vue dépliante (« Cazal »), 3 figures h. t. ; vol. 4 : 370-[10] p., 2 vues dépliantes (« Valenciennes », « Dunkerque » [renfort avec colle brune apparente]) ; vol. 5 : 456-[12] p., 2 figures h. t., et vol. 6 : 366-[8] p., 5 figures h. t., plein veau brun de l'époque, dos à nerfs décorés (dos du 2e vol. éclaté avec manques, aussi qq. accrocs, défauts et usures, soulignures au crayon aux premiers vol., qq. bruniss., travail de vers sans conséquence à qq. pages du dernier vol.). Notre exemplaire comprend 24 illustrations, dont 1 frontispice, 7 vues dépliantes et 16 figures h. t. (portraits, nationaux : Chinois, Tartares, habitants du Maroc, Hongrois, etc.). Dans cette chronique par lettres, Marana fait découvrir et juger par un oriental l'histoire et les moeurs de l'Europe de son temps, et plus particulièrement de la France. Il est ainsi le premier à utiliser le procédé littéraire du décalage de l'observateur issu d'une autre culture. Aucune d'entre elles n'échappe à la raillerie de l'auteur qui n'épargne ni les Turcs, ni les Arabes, ni la culture juive... ni les Français. Montesquieu reprit cette forme pour ses Lettres persanes. Aucune bibliographie ne propose de classement des différentes éditions, qui sont très souvent composites. Giovanni Paolo Marana (1642-1693), un auteur encore méconnu. Peu d'informations nous sont parvenues sur ce Génois qui s'exila en France après avoir participé, en 1672, à une conjuration manquée destinée à faire passer la ville de Savone sous l'autorité de la maison de Savoie. Auteur de plusieurs ouvrages, son nom reste attaché à ce « roman » épistolaire dont la fortune éditoriale fut considérable.
Estimation: 100/150€
Adjugé: 90€