Lot n°0137

- Première oeuvre.- ROPS (Félicien). Le Diable au Salon. Revue comique, critique, excentrique et très-chique de l'exposition, par Japhet, frère de Cham et fils de Noé, avec une foultitude d'illustrations sur pierre et sur bois, par les premiers maçons et les meilleurs charpentiers de Paris, Bruxelles, chez Caquet-Bonbec et Cie éditeurs, rue des hautes épices, n° 1851, in-12, 2 fascicules sur les 3 parus (manque le 2e), n° 1 : frontispice, 5 hors texte, dont un en double page, 48 p., 6 bois dans le texte, couvertures conservées, et n° 3 : pp. 97-111 + 1 p. non chiffrée (annonce de la revue « La Queue du diable »), 32 caricatures de personnages avec commentaire au verso, couvertures conservées, les deux fascicules reliés ensemble en un volume en demi-percaline brune à coins à la Bradel, dos lisse orné, tire doré (petit manque sans conséquece à la couv. arrière du 1er fasc.) « Le Diable au Salon », en 1851, est la première oeuvre de Rops publiée à l'âge de dix-huit ans, sous couvert d'anonymat. L'ouvrage, de petit format, s'inscrit dans la lignée des « salons caricaturaux », livrets humoristiques qui pastichent le livret officiel, parodient les tableaux et multiplient les jeux de mots et d'images (d'après Ségolène Le Men). Les planches constituant ?Le Diable au salon? que Rops publia en 1851 à l'enseigne fantaisiste de Caquet-Bonbec et Cie et sous le pseudonyme de Japhet, frère de Cham et fils de Noé, montrent avec quelle extraordinaire précocité il avait assimilé la tradition de la "promenade charivarique", présentation caricaturale et satirique des expositions des beaux-arts. Les textes complétant les planches révèlent, par ailleurs, son aptitude à passer d'un mode d'expression à un autre et font présager que, tôt ou tard, on le considérera comme un écrivain à part entière. » (Paul Delsemme).
Estimation: 100/150€
Adjugé: 550€