Lot n°0084

- Cours manuscrits : deux cours « universitaires » donnés en latin en 1803-1804, après la suppression de l'Université de Louvain par les Français en 1797. Ces deux cours, strictement contemporains semblent de la même main [?]. 1° : « Tractatus de Motu 1803-4 » : titre, 186 p., 1 feuillet blanc ; « Quaestiones de Motu 1803-4 » : titre, 122-[4] p., 5 planches dépliantes imprimées (CHBecker ex lov[aniensi], c'est-à-dire « de Louvain) et 7 planches dépliantes manuscrites, manuscrit 8° en latin d'une seule main du début du 19e s., demi veau brun de l'époque (plats et feuillets de garde renouvelés, traces aux contreplats d'armoiries frappées à froid). Au recto du feuillet de garde avant, la mention manuscrite : « Ex libris M. Obert / 1804 ». 2° : « Tractatus de Aere. Item de Sono. 1804 » : titre, verso blanc, 108 p., 1 feuillet blanc ; « Questiones de Aere 1804 » : titre, 39 p., 3 p. blanches, 4 planches dépliantes imprimées (CHBecker ex lov.) ; « Tractatus de Sono 1804 » : titre, 50 p. ; « Quaestiones de Sono 1804 », titre, 13 p., manuscrit en latin 8° d'une seule main du début du 19e s., demi-veau brun de l'époque (dos usé, plats et feuillets de garde renouvelés). « Les gravures, scientifiques ou ornementales, apparaissent dans les cours au XVIIe siècle. Les étudiants les acquéraient auprès de libraires-imprimeurs. Elles étaient généralement anonymes. Cependant on connaît Charles Becker, dessinateur et graveur qui eut un atelier à Louvain pendant la deuxième moitié du XVIIe siècle. Ses planches étaient toujours prisées en 1775 » (Françoise Hiraux et Françoise Mirguet, La collection des cours manuscrits d'Ancien régime de l'Université catholique de Louvain). On peut donc ajouter que « ses planches étaient toujours prisées en 1800 » montrant ainsi la volonté de haut niveau de ces cours donnés sans doute de manière privée et sans identification de celui qui les donne. L'Université est supprimée en 1797, en application de la loi du 15 septembre 1793 qui supprimait tous les collèges et universités de la République. Son successeur officiel a été l'École centrale de Bruxelles. L'ancienne université de Louvain était une institution officielle, indépendante des évêques, ne relevant due de ses propres tribunaux « elle formait, comme l'écrit Van Even, « dans le duché de Brabant, une petite république libre et indépendante ». En 1817, création de l'Université d'État de Louvain. Cette université, où plusieurs professeurs de l'ancienne université de Louvain ont enseigné.
Estimation: 100/150€
Adjugé: 900€